Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 14:07

Les Anglais n’aiment pas qu’on s’approprie indûment les écussons et cravates aux couleurs de leurs régiments, écoles ou clubs.
Ca se comprend. James Darwen écrivait drôlement dans Le Chic anglais : « Il va sans dire que personne ne voudrait porter une cravate club à laquelle il n’aurait pas droit. Il est considéré comme normal que le membre du club offensé corrige l’offenseur avec son fouet. (…) Si vous tenez absolument à porter une cravate à rayures à Paris, le fier bleu et bordeaux des conducteurs de bus de la RATP, un corps d’élite, devrait vous suffire. » 

 

Cravates regimentals Talbott à rayures américaines (inversées)
Source : La Grande histoire de la cravate, François Chaillé

 

La casuistique nous apprend à mesurer une faute en tenant compte de l’intention de son auteur. James Darwen, anglican pur Twinings, semble ignorer ce genre de subtilité. Quel Français porte une cravate regimental dans le but de faire croire qu’il est un ancien d’Oxford ou de Cambridge ? Sa motivation est uniquement esthétique. On nous accuse d’imposture alors que nous rendons hommage ! Je dis nous car il m’arrive plus souvent qu’à mon tour d’arborer les rayures incriminées. Mais jamais sur le sol britannique : ce serait un manque de tact.

 


Dorénavant, Henry Cotton’s permet à quiconque de porter impunément des polos et des sweat-shirts décorés de l’écusson d’Oxford. Et d’Harvard. Je m’explique : les prestigieuses universités anglaise et américaine ont signé un accord de licence de trois ans avec la marque de vêtements autorisant celle-ci à utiliser leurs écussons. L’opération a une contrepartie financière : Henry Cotton’s reverse 10% des bénéfices des ventes à ses partenaires. Et comme ces royalties sont destinées aux étudiants boursiers, cette collection d’Henry Cotton’s University a été joliment baptisée : « Hello to you, my future ». (Source : Le Monde, 04/O7/2009)

Voilà comment (si nous sommes jeunes) nous pouvons arborer l’écusson d’Oxford sans prendre le risque d’être fouettés. Tout se perd, James !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Marques
commenter cet article

commentaires

Olivier 20/11/2009 00:01


Ah le livre de James Darwen !... je crois qu'en la matière, on n'a jamais fait mieux. Une bible, un livre de chevet du moins, que je recommande à quiconque souhaite s'initier un peu aux arcanes du
vêtement masculin. Surtout en des temps, d'ailleurs, où le nombre de "charlies" semble l'emporter sur celui des "troggies".


Le Chouan 20/11/2009 11:12


Très vrai ! Un chef-d'oeuvre, aussi, d'humour britannique !
Monsieur en cite des passages entiers dans son numéro 79 sans indication des références de l'ouvrage : pas très élégant !


Julien Scavini 09/10/2009 16:17


Ceci dit, j'ai une question:
les motifs regimentals sont-ils aussi emblématique que les tartans pour les clans écossais? Ainsi, chaque motif est-il attaché spécifiquement à un club, une organisation? Et n'avons-nous que les
verts de la RATP comme regimentals français?


Julien Scavini 26/09/2009 22:42


Excellent! Je renvoie également à la collection d'Hackett en collaboration avec le London Rowing Club ou encore le Boat Race...
Sympathique article sinon!


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories