Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 06:32

 

livr-arbitres-n13-def.jpg

 

La revue Livr’arbitres publie dans son numéro actuellement en vente (1) un « dossier » sur le dandysme. Dans un des textes qui le composent, Christopher Gérard fait la revue commentée des principales publications récentes sur le sujet. Y sont notamment cités l’anthologie Les Dandys, établie par Jean Florensac (éd. du Chat rouge), l'essai (le pamphlet ?) Vies et mort d’un Dandy (Brummell), de Michel Onfray (éd. Galilée), l'album I am Dandy, de Nathanaël Adams et Rose Callahan (éd. Gestalten). Ce tour d’horizon permet à Christopher Gérard d’insister sur le caractère éminemment paradoxal et ambigu du dandy. Nos dandys nouvelle manière, qui remplissent I am Dandy, incitent à la circonspection. Il y a loin, en effet, du dandy aurevillien à certains de ces dandys autoproclamés exhibant – je cite Christopher Gérard – « qui un délirant narcissisme, qui un infantilisme stérile » ! Lucide, l’auteur conclut : « En fin de compte, j’en viens à me demander si, au dandy, terme ambigu, voire frelaté à force de parodies, il ne faudrait pas préférer celui de gentleman, plus en nuances et en sobriété. »

La patrie du dandysme, c’est la littérature. Coupez-le d’elle, il devient fou ! La mode peut alors le récupérer et le soumettre à ses élucubrations.

La littérature, justement, Ludovic  Maubreuil ne l’oublie pas dans l’article qu’il consacre à quelques figures du dandysme dans le cinéma français. Eric Rohmer – le plus littéraire de nos cinéastes – et Michel Deville – qui compose à ses heures perdues (ou gagnées) de charmants poèmes fantaisistes – sont mentionnés. A son générique imaginaire, Ludovic Maubreuil fait défiler des noms attendus et d’autres plus étonnants : Raphaël de Loris (Raphaël ou le débauché, Michel Deville) ; Stanislas Hassler (La Prisonnière, Clouzot) ; Alain (Le Feu follet, Louis Malle) ; Jeff Costello (Le Samouraï, Melville) ; Edouard Coleman (Un Flic, Melville) ; Alexandre (La Maman et la putain, Jean Eustache). Mon favori ? Alain, le héros créé par l’élégantissime Drieu et interprété, dans le film de Malle, avec une émouvante grâce virile par Maurice Ronet. 


maurice-ronet-feu-follet.jpgMaurice Ronet, Le Feu follet


alain-delon-samourai.jpgAlain Delon, Le Samouraï


jean-pierre-leaud.jpgJean-Pierre Léaud, La Maman et la putain

 

Entre ces deux beaux articles, votre serviteur (comme on dit...) glisse un texte qui tente de répondre à la question : A quoi peut ressembler un dandy aujourd’hui ? Merci à Christopher Gérard d’avoir rendu possible cette contribution.

__________________________________________________________________________________
1. Pour se le procurer, voir le site de la revue.
2. Christopher Gérard vient de publier Osbert (éd. L'Age d'homme), un recueil d'« historiettes » - dixit l’auteur – qui mettent en scène des animaux qui parlent. Cela tient de la fable et du conte philosophique. Les 
jugements des canetons et autres « Minou » sur leurs amis les hommes sont plus coupants que ceux d'un chouan ! Osbert vous apprendra aussi comment Christopher Gérard s’y est pris pour mettre les rongeurs… dans sa poche !

 

christopher-gerard-cost.jpgChristopher Gérard

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

ad 17/04/2014 11:29

Bonjour,
très belle galerie de "dandys" au cinéma avec bien évidement le Feu Follet.On regrette d'ailleurs cette France d'antan qui était capable de produire ce type d'acteurs et de Chefs d’œuvres
visuels.
Toutefois Alain Delon dans le "Samouraï" me convainc moins. C'est indéniablement un bon film, où l'on voit un contraste saisissant entre l'appartement misérable du samouraï et sa mise élégante.
Mais Alain Delon ne dégage rien : ses dialogues se résume à "oui" ou "non, "peut être". Il incarne une présence, mais n'apporte guère de profondeur. Je pense d'ailleurs que ceci est valable pour
l'ensemble de sa carrière. A. Delon c'était avant tout une "gueule", mais passé cette étape il ne dégageait plus grand chose

Xavier 16/04/2014 12:39

"I am Dandy" regroupe de fabuleux portraits de clowns excentriques. La véritable élégance, simple et non ostentatoire, est déjà bien assez rare. S'il existe aujourd'hui des dandys, ils refuseraient
je crois de s'afficher avec autant de narcissisme.

http://www.youtube.com/watch?v=nrsYzXRqSuE

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories