Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 06:32

 

livr-arbitres-n13-def.jpg

 

La revue Livr’arbitres publie dans son numéro actuellement en vente (1) un « dossier » sur le dandysme. Dans un des textes qui le composent, Christopher Gérard fait la revue commentée des principales publications récentes sur le sujet. Y sont notamment cités l’anthologie Les Dandys, établie par Jean Florensac (éd. du Chat rouge), l'essai (le pamphlet ?) Vies et mort d’un Dandy (Brummell), de Michel Onfray (éd. Galilée), l'album I am Dandy, de Nathanaël Adams et Rose Callahan (éd. Gestalten). Ce tour d’horizon permet à Christopher Gérard d’insister sur le caractère éminemment paradoxal et ambigu du dandy. Nos dandys nouvelle manière, qui remplissent I am Dandy, incitent à la circonspection. Il y a loin, en effet, du dandy aurevillien à certains de ces dandys autoproclamés exhibant – je cite Christopher Gérard – « qui un délirant narcissisme, qui un infantilisme stérile » ! Lucide, l’auteur conclut : « En fin de compte, j’en viens à me demander si, au dandy, terme ambigu, voire frelaté à force de parodies, il ne faudrait pas préférer celui de gentleman, plus en nuances et en sobriété. »

La patrie du dandysme, c’est la littérature. Coupez-le d’elle, il devient fou ! La mode peut alors le récupérer et le soumettre à ses élucubrations.

La littérature, justement, Ludovic  Maubreuil ne l’oublie pas dans l’article qu’il consacre à quelques figures du dandysme dans le cinéma français. Eric Rohmer – le plus littéraire de nos cinéastes – et Michel Deville – qui compose à ses heures perdues (ou gagnées) de charmants poèmes fantaisistes – sont mentionnés. A son générique imaginaire, Ludovic Maubreuil fait défiler des noms attendus et d’autres plus étonnants : Raphaël de Loris (Raphaël ou le débauché, Michel Deville) ; Stanislas Hassler (La Prisonnière, Clouzot) ; Alain (Le Feu follet, Louis Malle) ; Jeff Costello (Le Samouraï, Melville) ; Edouard Coleman (Un Flic, Melville) ; Alexandre (La Maman et la putain, Jean Eustache). Mon favori ? Alain, le héros créé par l’élégantissime Drieu et interprété, dans le film de Malle, avec une émouvante grâce virile par Maurice Ronet. 


maurice-ronet-feu-follet.jpgMaurice Ronet, Le Feu follet


alain-delon-samourai.jpgAlain Delon, Le Samouraï


jean-pierre-leaud.jpgJean-Pierre Léaud, La Maman et la putain

 

Entre ces deux beaux articles, votre serviteur (comme on dit...) glisse un texte qui tente de répondre à la question : A quoi peut ressembler un dandy aujourd’hui ? Merci à Christopher Gérard d’avoir rendu possible cette contribution.

__________________________________________________________________________________
1. Pour se le procurer, voir le site de la revue.
2. Christopher Gérard vient de publier Osbert (éd. L'Age d'homme), un recueil d'« historiettes » - dixit l’auteur – qui mettent en scène des animaux qui parlent. Cela tient de la fable et du conte philosophique. Les 
jugements des canetons et autres « Minou » sur leurs amis les hommes sont plus coupants que ceux d'un chouan ! Osbert vous apprendra aussi comment Christopher Gérard s’y est pris pour mettre les rongeurs… dans sa poche !

 

christopher-gerard-cost.jpgChristopher Gérard

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Bonjour,<br /> très belle galerie de "dandys" au cinéma avec bien évidement le Feu Follet.On regrette d'ailleurs cette France d'antan qui était capable de produire ce type d'acteurs et de Chefs d’œuvres<br /> visuels.<br /> Toutefois Alain Delon dans le "Samouraï" me convainc moins. C'est indéniablement un bon film, où l'on voit un contraste saisissant entre l'appartement misérable du samouraï et sa mise élégante.<br /> Mais Alain Delon ne dégage rien : ses dialogues se résume à "oui" ou "non, "peut être". Il incarne une présence, mais n'apporte guère de profondeur. Je pense d'ailleurs que ceci est valable pour<br /> l'ensemble de sa carrière. A. Delon c'était avant tout une "gueule", mais passé cette étape il ne dégageait plus grand chose
Répondre
X
"I am Dandy" regroupe de fabuleux portraits de clowns excentriques. La véritable élégance, simple et non ostentatoire, est déjà bien assez rare. S'il existe aujourd'hui des dandys, ils refuseraient<br /> je crois de s'afficher avec autant de narcissisme.<br /> <br /> http://www.youtube.com/watch?v=nrsYzXRqSuE
Répondre

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories