Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 07:03

Dans ce billet, Jean-Philippe Peltier (avocat de son état) tente de cerner l'essence très particulière du costume croisé. Merci à cet ami lecteur de nous livrer cette analyse originale.


Ce qui est rare est précieux.

Si l’adage n’est pas toujours vrai en matière vestimentaire, les innovations des uns pouvant parfois provoquer l’effroi des autres, il n’en demeure pas moins qu’il s’applique parfaitement au costume croisé.

Combien peut-on croiser de costume du même nom dans une journée ?

Parfois aucun.

On peut déplorer cette raréfaction et constater, parallèlement, que ceux qui passent pour être (réellement) les hommes les mieux habillés se montrent très régulièrement avec ce type de costume.

Ainsi en est-il, par exemple, d’Edouard Balladur, du prince Charles et, il y a quelques années, d'Yves Saint Laurent ou de Pierre Cardin…


1.jpg

2.jpg

 

Quelle est la raison de cette disparition ?

Elle découle d’un constat simple : la virilité n’est plus à la mode. La sagesse non plus.

Car le costume croisé est, à n’en pas douter, un vêtement d’homme mûr qui a connu son heure de gloire à une période où les icônes s’appelaient Gabin, Ventura ou Cary Grant.


6.jpg 


Aujourd’hui, en revanche, le mâle se doit d’être jeune et métrosexuel, quand il n’est pas clairement efféminé (cf. les jeunes éphèbes imberbes qui défilent à longueur de podiums) pour susciter l’enthousiasme….

Et pour le cas où l’homme viril reste « dans le coup », il se doit de n’arborer aucun signe d’élégance  afin de cultiver, de façon tristement binaire, un côté brute épaisse ne portant aucune considération à sa mise… 

Ainsi, et à mesure que le temps passe, le costume et les personnalités s’effacent…

Mais revenons à nos vigognes…

Cette normalisation des élites (politiques, culturelles, etc.) se retrouve indéniablement dans la mode de sorte que, les uns voulant ressembler aux autres et inversement, nous assistons à un jeu de miroirs, le résultat ayant fatalement tendance à l’effacement des codes et à l’appauvrissement du style. 

Concrètement, le costume croisé a ainsi laissé la place au costume droit, qui était encore très large dans les années 80 avant d’être plus cintré et plus étroit, de passer de 3 à 2 boutons (ce qui n’est pas un mal), les pinces du pantalon passant quant à elles de deux à une, pour être aujourd’hui inexistantes dans la plupart des cas…

Mais alors comment se fait-il qu’aujourd’hui le costume croisé reste toujours, et malgré tout, un modèle d’élégance ?

En réalité, c’est moins le costume que la personnalité de celui qui le porte qui révèle l’élégance de cette tenue.

Et lorsqu’on parle de personnalité, il ne s’agit pas ici de l’illusion que tentent d’instiller quelques « stars » éphémères ou Apollon du moment, mais bien de la densité d’âme de celui qui porte le costume croisé.

Force est d’admettre que l’âge de l’impétrant est une clef fondamentale de la réussite de l’ensemble. En effet, la forge d’une véritable personnalité est le plus souvent liée au passage que le temps laisse dans le regard et les gestes de ceux dont on constate qu’ils ont ce don du ciel qu’on appelle le charisme.

Il suffit de comparer des jeunes gens, connus ou non, portant le costume croisé (même de bonne coupe) …


10.jpg

11.jpg

 

12.jpgL’œil de Johnny Depp est aussi perdu que son style (mention spéciale pour les chaussures qui feraient presque oublier le chapeau…)


… et des inconnus ayant en commun cette prestance que confère un certain recul sur les choses de la vie…


13.jpg The Sartorialist


16.jpgThe Sartorialist


… pour se rendre compte que certains ont ce « quelque chose » que les autres n’ont pas…

Dès lors, le costume croisé n’est qu’un révélateur !

Les uns paraissent apprêtés, déguisés, voire ridicules (Merci Johnny pour ce moment de rigolade), alors que les autres sont indéniablement élégants.

Ne serions-nous donc pas tous égaux devant (et surtout dans) le costume croisé ?

Il est intéressant de remarquer qu’il n’existe rien de tel avec le costume droit qui peut sans difficulté notable être porté par n’importe qui, un modèle de bonne coupe suffisant alors à conférer à son propriétaire une certaine élégance.

Le costume croisé  exigerait-il donc une certaine dose de sagesse, d’expérience, de maturité pour être porté ?

Bien sûr, il y a là quelque chose qui est très peu dans l’air du temps, la masse devant avoir accès à tout et tout de suite sans quoi le malheureux qui viendrait à émettre une réserve se verrait traiter de réactionnaire.

C’est probablement la raison pour laquelle les « modeux » ont ringardisé le costume croisé, ce qui est aujourd’hui « in » étant à la portée du plus petit commun dénominateur…

Malgré  tout, et la nature étant bien faite, il est indéniable que les membres du « club de ceux qui savent porter le costume croisé » se détachent de la mêlée rassurante… et ennuyeuse.

« Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d’entre nous regardent vers les étoiles » disait Wilde…

On peut dire, en prenant la citation à l’envers, que tant que des étoiles subsisteront, certains d’entre nous auront des raisons de lever la tête.

Reste à  savoir de quelles étoiles nous parlerons demain. 

 

                                                                                     Jean-Philippe Peltier

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Coupe
commenter cet article

commentaires

Le Chiffre 01/11/2012 12:33

Cher Chouan,

Merci pour votre réponse. Je reprécise : ma question était, pensez-vous que certaines configurations (6*2,4*2, etc : tout ce que j'ai évoqué précédemment)sont mieux adaptées à certains physiques
que d'autres ? Etant grand, jeune et disons, très mince,je me demande quelle configuration m'irait le mieux... Ou bien s'il faut que j'abandonne pour le moment !

PS : entièrement d'accord sur la poche ticket, elle n'a vraiment pas lieu d'être sur un croisé (c'est pour ça que les rares croisés en pap en ont tous une...), elle brise la symétrie du boutonnage.
Je trouve même qu'elle brise/gâche la ligne d'un trois-boutons aussi, même si c'est moins flagrant.

Le Chouan 01/11/2012 15:18



Cher Chiffre,


Mes deux premiers costumes étaient croisés. J’avais 23 ans. Je pesais à peine 73 kilos pour 1,92 m ! C’était des 4 on 2 - un bleu et un anthracite. Par la suite, j’ai eu des 6 on 2.


Quand on est grand et mince, je crois qu’il faut éviter ce qui allonge encore – soit des revers montant très haut et un boutonnage placé lui aussi très haut. La veste doit avoir une bonne
longueur.


Je suis revenu au 4 on 2, que je juge plus simple et, donc, plus élégant.


A propos des poches : la mode est à la surcharge : poche-ticket – poches en biais – grands rabats…


A mon sens, on oublie que certains ornements devraient être réservés aux tenues décontractées. Mais on aime tant ce qui se voit, ce qui distingue ! Par exemple, la présence d’une
poche-ticket est logique sur une veste de sport. Mais elle n’a rien à faire sur le veston d’un strict costume bleu foncé.


Les puristes vous diront que le costume croisé étant plutôt destiné au soir, il n’a pas à avoir de rabats aux poches ni de revers au pantalon.


Je suis plus souple. Par exemple, j’ai fait faire dans les années 80 un croisé en sportex gris moyen. La couleur et la matière justifient son revers de pantalon et ses rabats de poche.


Amitiés.



Le Chiffre 21/10/2012 01:21

Encore une fois, je suis entièrement d'accord avec cet article. Les années 30/40/50 me manquent terriblement... Cependant, l'auteur semble parvenir à la conclusion suivante : si l'on n'est pas âgé/
si l'on a pas une certaine carrure,alors adieu le croisé. Hmmm... dans ce cas, je peux y dire adieu... Évidemment,tout le monde ne peut pas être Cary Grant ou Humphrey Bogart. Cela veut-il dire que
le croisé serait réservé à certaines personnes ? Triste conclusion ! Déjà qu'il se fait rare dans les rues...
Je pense que tout le monde devrait pouvoir porter le croisé. Encore faut-il qu'il soit bien coupé bien sûr. Je pense par exemple à James Stewart qui, lorsqu'il était jeune, le portait fort bien (le
croisé rayé de The Philadelphia Story, par exemple), et il n'avait pas vraiment de carrure, soyons honnêtes.
Après, je demande à l'auteur de l'article et au Chouan -et à tous les lecteurs par la même occasion- ce qu'il pense du boutonnage : y en a-t-il de plus adaptés à certains physiques ? Je dirai, moi,
que le 6x2 est bien pour les grands, le 4*2 pour les petits, le 6*1 pour les hommes forts, et le 4*1, j'ai du mal à le voir ailleurs que sur un smoking. Mais ce n'est qu'un avis d'un amateur.

NB : en fait, le problème reste le même : tout le monde ne peut pas être James Stewart non plus... ;)

Le Chouan 31/10/2012 10:09



N'étant pas l'auteur de ce billet, je ne suis pas le mieux placé pour vous répondre... Mais quelle est votre question ? S'il s'agit de savoir pourquoi le costume croisé est généralement associé à
l'homme d'un certain âge, j'avancerai ces deux explications :


- Parce qu'il est plus habillé que le costume droit.


- Parce qu'on lui a souvent fait jouer le rôle de "cache bedaine" !


A propos du boutonnage : tout a été essayé ! Le 6 on 2 a fait ses preuves. Attention toutefois que des boutons décoratifs très haut placés n'évoquent pas trop des bouts de seins factices (cf.
photo 5) !


Dernière remarque : la poche-ticket brise, à mon, sens, la ligne d'un croisé.



Pauline 20/08/2012 13:09

A quand un nouvel article sous votre plume ?
Cordialement,
Pauline

Barbara 01/06/2012 23:37

C'est vrai que Johnny Depp est peu convaincant,
article très plaisant à lire,
bonne continuation
Barbara

willy 06/10/2011 22:38


Cet article me conforte dans l'idée selon laquelle le costume croisé demande une certaine confiance en soi (assumer une tenue rigoureuse en ces temps de relâchement vestimentaire).
Par contre, je ne comprends pas pourquoi le 2x2 serait-il plus facile à porter que le 2x3 (cf: remarque de guillaume)


jean-philippe peltier 06/10/2011 20:30


Un grand merci pour tous vos messages!
Et un grand merci au Chouan pour m'avoir publié!


Antoine 05/10/2011 20:27


Le costume de Johnny Depp est effectivement catastrophique


Blaise 04/10/2011 22:30


Article très intéressant, ma foi !

Je suis un peu curieux; est-ce un pur hasard si votre article apparait alors le dernier GQ américain accorde toute une série de photos (avec "conseils") sur le fameux costume croisé ?


Le Chouan 05/10/2011 17:57



C'est à moi de répondre : Jean-Philippe Peltier m'a envoyé son billet le 26 juillet.



Guillaume 03/10/2011 14:14


Bel article, dont je partage l'avis. Cependant, vous ne semblez prendre en compte que les vestes 2x3. Je pense pour ma part qu'un 2x2 est une bonne porte d'entrée pour les "moins mûrs" d'entre nous
et surtout pour les plus menus.


Julien Scavini 02/10/2011 18:55


Oui, une pièce difficile, il est vrai.

Je m'interroge moi-même depuis quelques mois sur l'opportunité de m'en tailler un ... ? C'était définitivement non il y a quelques semaines (j'ai peur de passer pour une vieille baderne, et oui :),
c'est définitivement oui ces temps-ci (fréquentant plus assidument l'école des tailleurs, je côtoie beaucoup plus d'élégants classiques).

Un costume croisé, en serge couverte anthracite, poche ticket, avec pantalon à doubles pinces!


Vincent 01/10/2011 22:45


L'analyse est intéressante.
A mon avis, le croisé fait parfois peur.
D'une part, il y a peu de référents, surtout en province. Cet inconnu, bien que laissant sans doute rêveur, semble très lointain.
D'autre part, comme l'article le souligne, tout le monde ne peut pas le porter, au risque d'être inélégant. Je pense d'ailleurs à ce titre, que les métrosexuels seraient mis en valeur par un
croisé.

En parlant d'eux, je pense également que le croisé à une connotation militaire pour beaucoup (l'école du service santé des armées l'a adopté il me semble comme nouvel uniforme). Or, actuellement,
la dynamique est au brillant, à l’ostentatoire.

Quoi qu'il en soit, je me félicite de son retour dans le pàp, aussi bien pour les vestes de costumes, les blazers et les manteaux (je lorgne d'ailleurs depuis plusieurs semaines sur un manteau
croisé de Pierre Cardin, trépignant d'impatience jusqu'à ce que j'ai le budget)

Merci pour l'article,

Vincent


nicolas 01/10/2011 18:32


A vrai dire j’attendais avec impatience votre découverte littéraire de l’été. La mienne fut « Le rivage des Syrtes » de Julien Gracq.
Article intéressant, bien qu’il ne s’agisse pas vraiment d’un éloge du costume croisé, mais plutôt de ce qu’il peut révéler. Ce n’est pas une pièce facile à porter car elle ne permet pas de porter
la veste ouverte. Pour ma part les seules pièces croisées que je porte, sont un caban et un imper en coton.
Amicalement

Nicolas


Philippe Booch 01/10/2011 10:23


Article très intéressant.

Je ne suis moi-même pas un amateur de la veste croisée, pas assez pratique à mon goût, j'aurais trop l'impression de porter une armure.
Toutefois, je suis d'accord avec vous lorsque vous indiquez que la personnalité de celui porte ce costume fait toute la différence, et il m'arrive d'être épaté à la vue d'un homme portant très bien
ce vêtement.
Pour ma part, je préfère lorsque la veste n'est que légèrement croisée et que ses revers ne sont pas trop larges.


Eugene 01/10/2011 03:21


Excellent article, mais vous vous trompez sur un point : le croisé revient en force, et n'a plus rien de ringard.


Arnault 30/09/2011 23:36


Cher Jean-Philippe,
Votre billet a suscité tout mon intérêt.
Une caractéristique du costume croisé est qu'il ne supporte aucunement d'être porté ouvert, à la différence d'un costume droit. Un peu à la manière d'un uniforme, cette particularité joue aussi un
rôle dans l'établissement d'une forme de distance entre celui qui le porte et le reste de son entourage (qu'il croise en costume droit).
Je me permets, par ailleurs, de rappeler à Lucia Pereia (premier commentaire) que les femmes aux formes voluptueuses ont déserté les podiums depuis fort longtemps.
Très amicalement


Le Paradigme de l'Elegance 30/09/2011 19:53


Bonjour,

J'ai grandement apprécié votre article et votre analyse, en particulier la conclusion. Merci à vous.
Je suis tout à fait d'accord lorsque vous mettez en exergue le fait qu'il faille être mûr (d'âge et de raison) pour pouvoir porter un croisé, mais je serais toutefois plus modéré que vous
concernant l'âge nécessaire. Parfois, et heureusement, la maturité peut se retrouver sur de plus jeunes visages qu'à l'accoutumée.


Lucia Pereira 30/09/2011 10:22


Merci pour ce bel article.
J'apprécie en particulier la critique sur "les jeunes éphèbes imberbes qui défilent à longueur de podiums"... qui me laisse croire que l'auteur regrette tout autant les podiums de femmes aux belles
formes et voluptueuses...


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories