Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 07:08

Philippe Booch est l'un de mes plus fidèles commentateurs. Merci à lui de nous offrir cette évocation pleine de poésie et de malice d'un certain rêve américain.

 

Forever young

picture-2.pngPublicité Ralph Lauren

 

Nous sommes tous des étudiants américains !

Nous vivons un éternel automne flamboyant à Princeton, un été indien qui ne finit jamais, les feuilles rouges des érables se reflètent pour toujours sur les carosseries de nos Pontiac.

La bande originale d’Un été 42 est notre musique de fond pendant nos longues balades sur des bicyclettes Schwinn, en compagnie de nos fiancées à queue de cheval et penny loafers sur la côte de Nantuckett.

Nous sommes tous minces et insouciants, les pans de nos vestes de tweed battent au vent de Martha’s vineyard, nous portons tous des pantalons chino, des saddle shoes et des vestes de velours à pièces aux coudes.

Brooks Brothers et ses chemises à cols boutonnés est le QG incontournable de nos virées new yorkaises, nous portons tous leurs pantalons de flanelle lorsque nous allons au country club.

Nous sommes tous beaux et nos mocassins sont avachis, juste comme il faut.

Nous sommes tous des Steve Mc Queen, désinvoltes dans nos boots en daim.

Nous sommes tous des John F Kennedy et Hyannis Port est notre villégiature d’été.

Nous sommes tous grands, blonds, l’haleine fraiche et les dents blanches dans nos blazers J. Press.

Nous sommes tous un rêve américain d’adolescence éternelle !

Nous sommes tous une publicité Ralph Lauren !

 

Nous passons trop de temps sur le net à rêver d’un passé qui n’a jamais existé…

 

                                                                                                        Philippe Booch

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

http://unregardunpeuconservateur.over-blog.com/ 20/04/2011 20:01


Cher Philippe & Cher Chouan,
Le fait n’est pas que nous passons du temps à rêver d’un monde imaginaire ( ?) disparu qui nous charme, mais que nous avons besoins de nous créer une mythologie, une chanson de geste pour nous
expliquer ce que nous sommes, ce que nous aimons, ce que nous rêvons.
Conservateur dans l’âme, j’aime ce monde idéalisé que nous nous efforçons non pas de singer bêtement mais de reproduire dans ces codes, dans son style, dans sa manière de vivre et de réfléchir…
Aimer une certaine idée de l’Amérique ne se limite pas à posséder des vêtements Ralph Lauren ou Brooks Brothers, mais signifie lire ses auteurs (Fitzgerald, mais aussi Hawthorne, Twain, Henry
James, Paul Auster…), admirer ses peintres (Edward Hopper, Norman Rockwell…), fredonner Gershwin, Sinatra ou les airs immortels des comédies musicales… Et puis, et puis n’oublions que nous sommes
tous un peu anglophiles, et que notre aimée Albion (et la France aussi) dût sa survie aux armées de l’Oncle Sam.
Mais pour revenir à cet intéressant débat entre passé réel et passé rêvé, je voudrais conclure en vous livrant mon point de vue : si rêver de l’avenir est toujours un peu angoissant, car soumis au
risque de voir ses aspirations échouer, un passé rêvé, construit sur mesure, nous permet de disposer d’un puissant réconfort, dans lequel nous abandonner de temps en temps, comme dans une grande
robe de chambre Brooks Brothers (et en fermant les yeux, imaginer qu’on est assis à côté du feu, tandis que le soir descend sur les campagnes et les bois de la Nouvelle Angleterre).
God bless America, God bless you all !
Amitiés élégantes


nicolas 19/04/2011 13:00


Je ne suis pas plus fan que cela du style vestimentaire ou du mode de vie US.
Mais j'aimais beaucoup le style preppy tel qu ' illustré dans le joli film " Le cercle des poétes disparus". Certains passages de votre billet m'y raménent.
Amicalement


Julien Scavini 18/04/2011 22:59


tant que c'est pas des images d'un imaginaire chinois :)

J'aime assez votre poème. Il est sûr que cette imagerie est purement rêvée... mais cela est intéressant en soi, sur ce que cela dit et véhicule.

Sinon il me faut écrire un billet sur le vêtement dans Le Seigneur des Anneaux, pour rêver d'une idée qui n'a jamais existé :)


Philippe Booch 18/04/2011 20:42


Olivier, ce n'est pas mon rêve.
J'évoque, de manière taquine, l'iconographie ambiante qui règne sur le net, les regards dans le rétroviseur et la fantasmagorie liée au style preppy, à l'ivy league et à la nostalgie un peu
imaginaire d'années universitaires de l'est américain.

Oui cher inconnu, on pourrait en effet se pencher sur le mythe du garçon vacher, de ses cigarettes allumée avec des braises de feu de camp en particulier... et de l'américanisation des standards en
général.


cc 18/04/2011 19:58


Cher Philippe Booch, poser le débat de la réalité et de l'image sublimée nous emmènerait trop loin, je me contenterai donc de vous proposer, amicalement, de travailler sur un billet d'humeur dont
le sujet pourrait être "le cow boy Marlboro mythe vestimentaire et réalité". Ce sujet provocateur s'il en est, trouvera, j'en suis sur, un écho favorable auprès de votre indéniable talent de
polémiste et ce dans le plus pur style "chouan".


Olivier 17/04/2011 13:00


Merci, Philippe Booch. Votre (?) rêve américain n'est pas le mien, mais je trouve que vous le brossez bien, à grands traits rapides et malicieux, en effet. J'aime bien.

Toutefois, et n'y voyez aucune attaque, j'avoue ne pas aimer votre phrase de conclusion, trop moralisatrice à mon goût. Un passé qui n'a jamais existé ?... Voire ! Et puis surtout, pourquoi
condamner si rapidement cette propension au rêve ? Nous avons tous besoin de rêves. Plus que jamais, même ! Le net est un vecteur de rêves ? Ce n'est pas sa pire fonction, à mon avis.

Le vêtement, support au rêve ? Absolument ! Et pourquoi pas ? :)

Amitiés


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories