Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 06:38

Un de mes lecteurs, Salim Cardine, m'a proposé ce texte. Je l'ai accepté volontiers : il m'a rappelé mon jeune temps, quand je chinais des cravates et des chemises. Je l'ai déjà dit : rien ne remplace la patine que donne le temps (cliquez ici et cliquez là). Tenez, aujourd'hui même, j'ai enroulé autour de mon cou un foulard en soie de mon grand-père (mort en 1962) et, pour avoir bien chaud, j'ai passé sur mon pull un blouson en Jersey Saint-Joseph de mon père (années 60). Maintenant, ce sont mes propres vêtements qui sont des antiquités : vestes et costumes taillés sur mesure au début des années 80; Church's de la même époque... Un jour, tout cela finira aux puces et fera le bonheur d'apprentis élégants qui ne sont  pas encore nés ! 


                                                     Five fingers - Second hand !

 

Les soldes font en ce moment fureur, mais il y a bien mieux que les soldes, même à 70 %. Avez-vous pensé à la fripe ? C’est facile, c’est pas cher et c’est toute l’année.

La fripe peut être datée (années 50 à 80) et même située (USA ; GB ; Italie ; France) par les épaules. Les prix sont normalement accessibles, voire ridicules. Seuls comptent l'oeil du chineur et la connaissance de l'histoire de la mode. Paradoxalement, un vêtement sur mesure n'est pas un gage d'intemporalité, sauf pour la chaussure. L'état du vêtement doit être vérifié. Certaines usures, trous de mites sont cependant acceptables car les beaux vêtements sont rares.

La marque doit toujours être regardée : elle aide à trier. Pour ceux qui aiment les tissus, il faut développer le sens du toucher: Le prince de Pigalle (rue Houdon) passe sa main sur une pile de costumes pour détecter une affaire. Les usines de recyclage ou chiffonniers acceptent de vendre aux fripiers avant de transformer les tas de fringues. La Croix Rouge revend comme chez Guerrisol à Paris. Les fripiers du Nord sont spécialisés dans les années 70. A Rouen - connu pour ses fripiers ou plutôt ses chiffonniers -, c'est un peu mieux (je le sais : j'y ai été étudiant !) mais j'imagine que le paradis, c’est l’Angleterre (vestes en tweed place Lobligeois aux Batignolles) et l’Italie.


cardine-cravates.jpgZegna nattée jaune et noire (puces Clignancourt); Turnbull & Asser (Ebay Angleterre); Kiton bleue (Guerrisol, Barbès, 1,5 € , état neuf); Talbott à motifs géométriques (Ebay USA) 

 

Si vous n'êtes pas un total néophyte, vous pourrez néanmoins faire de bonnes affaires en France car cela reste dans notre coutume de donner nos vêtements aux pauvres.

Quelques exemples ? Veste Namani caviar cachemire (peluche légèrement mais pas forcément mauvais signe) à 5€ ; veste prince de galles classique (black$white) Smalto boutique 5€ ; blazer croisé bleu marine avec un reste de décoration d'état, Old England de la belle Epoque (importé de GB) 1,5€ ; blazer Harrison impeccable Chicachic (Monsieur Barnes, moins chic avec son personnel) 1,5€ (remarquez ça ne vaut pas beaucoup plus).


cardine-blazer.jpgBlazer Old England, 1,5 euro

 

Les rois de la mode sont souvent d'anciens amateurs de fripes. Gérard Sené par exemple : un vrai gentleman.

Les fripes sont des vêtements anciens mais qui n'ont pas toujours été souvent portés. On trouve notamment de superbes manteaux (les manteaux s’usent peu) : manteaux croisés, épais, à chevrons bleus, gris foncé ou souris avec du vert ; double breasted à chevrons bleuté Savile Row en rayon pendant un an ; cachemires épais ; manteaux à motifs caviar en vigogne, rares, c’est vrai, mais pas chers ! Manteaux militaires…


cardine-manteau.jpgEpais manteau à chevrons ultra cintré, années 50 ou 60, tailleur cannois    

 

Comment ? Les trenchs en laine de la royale sont introuvables ? Faux !  L'adresse est plus haut. 

Alors jetez-moi votre Burberry brand new et trouvez-vous un Aquascutum avec une patine à la Bogart et un pantalon en agneau à 2€ à la JCVD !

Pour les chaussures, les lecteurs connaissent l'histoire du butler qui a la même pointure que son jeune maître pour casser ses pompes. Pas besoin ! Les Weston d'occase sont plus confortables que les Méphisto et moins diaboliques ! Voir aux puces entre 20 et 100€, à la cordonnerie Casters rue Championnet ou dans quelque dépot vente - par exemple, Réciproque (XVIe), Fabienne (XVIe aussi), Troc Homme (XVIIe : une super vendeuse et acheteuse; l'air de rien, un vrai talent). Evitez le D-V Courcelles, cher et très antipathique. Attention, bien regarder les pointures en largeur : une paire peut être confortable à l'essayage puis se révéler trop courte.


cardine-chaussures.jpgWeston noires années 70; mocassins Weston classiques rouges


cardine-derbies.jpgBrogues, brocante de rue à Paris, 10 euros    

 

Les vieux cuirs sont plus évidents à sélectionner que le bon vin. Et puis, c'est un exercice moins snob. 

Et, comme un chineur d'antiquités, ne regrettez surtout pas vos erreurs : la quête de la beauté est un état d'esprit !

 

                                                                                                        Salim Cardine

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

cardine 05/02/2012 23:05

Hilarious and Elégantdetoilette Giuseppe

cc 05/02/2012 18:32

Guiseppe de l'excellent blog "An affordable wardrobe" ne vous dementira pas....

Le Chouan 06/02/2012 17:46



Bonne adresse, en effet.


Je vais l'ajouter à ma liste.



un conservateur éclairé 04/02/2012 20:41

Hum... Je risque donc les foudres des puristes ! Mon loden est camel...
Mais, commme tous les élégants nous l'enseignent, le véritable secret n'est-il pas une legère subversion des codes les plus stricts ?
Amitiés élégantes

Le Chouan 05/02/2012 10:55



Votre loden est votre ami.


Un gentleman défend toujours ses amis contre ceux qui les attaquent.


Amitiés.



Matth 03/02/2012 20:01

Merci beaucoup pour cet article.
Même avec ce froid, on a envie d'aller voir.

Muskar 03/02/2012 13:40

Il me semblait avoir lu sur un blog de référence en matière de codes vestimentaires, dans une rubrique sur les choses à ne pas faire, je cite de mémoire " porter un loden vert ailleurs qu'en
Autriche, ou un loden bleu, même en Autriche" ! Ce qui bien sûr n'enlève rien aux qualités des loden ou de leurs habitants.

Julien Scavini 02/02/2012 19:20

J'aurais aimé une écriture moins rapide et un ton plus didactique pour l'ensemble, mais j'apprécie le fond malgré tout !

Ceci dit, je regrette encore de ne pas m'être fait à la fripe. J'ai quelques pièces glanées ça et là, mais elles ne me satisfont pas. A l'opposé, je ne me satisfait pas non plus de ce que je vois
en boutique ou en soldes. Je ne les fais pas d'ailleurs. Sauf peut-être chez Arnys, j'irai voir...

Rioc 02/02/2012 16:44

Le loden me paraît en effet un accessoire indispensable. Notamment dans le cadre d'un remake tyrolien de Robin des Bois.

nicolas 01/02/2012 21:42

Monsieur le Chouan,

J'ai aimé cet article et l'esprit qui le porte.
Laissez moi vous dire combien j'aime votre blog. C'est un vrai espace de liberté, point de censure.
Continuez, car il me semble que vous êtes un homme libre.

Avec tout mon respect

Amicalement,

ND

cardine 01/02/2012 16:50

Loden vert ou Burb moiré gorge de pigeon
Même combat

cardine 01/02/2012 16:47

Cher Geoffrey,

Le chapelier fou!
ça me plait bcp
je dois dire que ça lui va bien

Un conservateur éclairé 01/02/2012 13:49

Bonjour,

En l’an de grâce 1990, un jeune homme déjà épris de bon goût investissait 600 francs (de l’époque) dans l’achat d’un loden… En janvier 2012, avec l’arrivée du froid sibérien sur nos belles
contrées, ledit loden affronte vaillamment les rigueurs du climat et affiche son ancienneté et d=son pedigree face aux doudounes et autres manteaux étriqués ou munis de pelucheries synthétiques
qu’il croise dans la rue… Ses boutonniers portent la marque d’infinis boutonnages, le bord des manches, sans être élimé, montre le dessous de la trame du tissu.
En en seul mot : un vieil ami. Mon manteau préferé
Amitiés élégantes

Geoffrey 01/02/2012 11:00

Excellent article.

Et pour ceux que le vestiaire classique américain intéresse, il y a aussi Duke, aux puces de Saint-Ouen qui est un ancien de chez The Real Mc Coy : il revend à présent les pièces qu'il a chassé
dans le passé pour être répliquées. C'est là-bas que j'ai compris ce qu'était une vraie bonne gabardine de coton en touchant les chinos pré-guerre du Viet Nam : on ne sait tout simplement plus
faire des qualités équivalentes aujourd'hui sans faire exploser les coûts de production.

Le cordonnier de la rue Championnet que vous mentionnez vaut aussi le détour. J"habite à côté et on le surnomme "le chapelier fou" dans l'arrondissement, c'est un personnage haut en couleur. Et
effectivement, il a souvent de très belles paires de chaussures remises en état.

Bonne journée,
Geoffrey

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories