Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 06:59

Pour les exhibitionnistes et les tatoués, l’été est la saison rêvée. Et - j'ai payé pour le savoir - pour les poètes adeptes de la vie "à motié à poil". Mais pour l’homme qui aime s'habiller et qui met un point d’honneur à le faire correctement, l’été est la saison creuse. La plupart des tenues quotidiennes se réduisent à peu : une chemise ou un polo (… à manches longues, toujours), un pantalon et des chaussures. Ce peu prend alors toute la place. Chaque pièce sera choisie avec d’autant plus de soin. Et l’on jouera avec les rares accessoires autorisés : chapeau ou casquette, foulard ou bandana peut-être, ceinture, montre, chaussettes…

La coiffure est aujourd’hui un accessoire négligé. Ma remarque ne vaut pas que pour la saison estivale. Aux saisons extrêmes pourtant, comment peut-on… à moins de n’avoir pas de tête, se passer d’une coiffure ? Avec un polo, la casquette est le bon choix. Avec une chemise, ce sera le chapeau. En paille, bien sûr, la toile étant plutôt réservée à la plage et aux balades en bateau. Je laisse volontiers le canotier aux plus jeunes à qui il viendrait des envies de fantaisie surannée. Le panama me suffit.

Cela dit, trouver le panama qui convienne n’est pas chose facile. Il y faut la qualité, bien sûr, qui a un coût. Il y faut aussi l’esthétique. Sur ce point, hélas, l’offre actuelle étonne par son uniformité. Même largeur du bord (moyenne), même hauteur de calotte (moyenne), même sorte de ruban (étroit) et de nœud (très simple). Difficile, aussi, d’échapper aux panamas tout blancs – cette blancheur étant obtenue au prix d’un traitement spécifique qui fragilise la paille. La teinte naturelle, passée de mode, est pourtant pleine de charme. On la privilégiera en ville pour sa discrétion.

Autrefois, quand les chapeaux allaient de soi, leurs formes étaient très variées. Les films de cinéma, les diverses archives (photos, peintures...) en portent témoignage. Ces quelques exemples, que j’ai glanés, donnent du regret. Les derniers fabricants de chapeaux feraient bien de s’en inspirer : pour plaire, un produit se doit d’être attirant. Sexy... comme diraient nos amis exhibitionnistes et tatoués. 

 

henry-bataille.jpgHenry Bataille coiffé d'un chapeau manille. Vers 1900. Source : Des modes et des hommes, F. Chenoune

 

santos-dumont-chapeau-def.jpgSantos-Dumont. Vers 1900

 

panama-chanel.jpgChanel et Arthur Capel. De dos, l'industriel Constant Say et son superbe panama. Source : Le Temps Chanel E. Charles-Roux

 

autoportrait-v-r.PNG Théo van Rysselberhe, Autoportrait au panama, 1918. Cop. Yvan Marcou

 

james-coburn-panama.jpgEt, pour finir, ce cliché plus récent de James Coburn    

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Accessoires
commenter cet article

commentaires

Mark Janza 13/10/2014 23:12

Aujourd’hui, lors d’une recherche iconographique sur le comte Kessler ( dont je viens de terminer la lecture des cahiers 1918-1937 ), je découvre incidemment ce blog.
Intrigué par le propos autant que par le ton, j’ai parcouru quelques sujets qui, si j’ose dire, de fil en aiguille, m’ont amené à lire cet article sur les chapeaux.
La désaffection de nos contemporains pour le port de cet accessoire m’attriste et me navre au-delà de toute évaluation. Et que dire de la disparition du casque colonial ! S’il est vrai que nous
n’avons plus guère de colonies, il n’empêche que ça avait de l’allure ( le casque, entendons-nous bien ! ). Il m’arrive d’ailleurs d’en porter un ( copie conforme du modèle réglementaire
britannique en usage vers 1875 ) lorsque je passe la tondeuse, les jours d’étés torrides. C’est tout de même plus seyant qu’un bob publicitaire Rustica ou une casquette d’éboueur américain. Je
possède également un très joli panama ( qui m’a coûté un bras ) que j’utilise pour aller à la ville. Pour la mauvaise saison, j’alterne entre un «Eden » ( état neuf d’époque ) en feutre marron
galonné de soie et une chapka en toile vert de gris, genre bonnet de police, discrètement soviétisante. Ma nostalgie du monde d’hier chanté par Stefan Zweig étant plus forte que la crainte du
regard de l’autre, j’assume le port de ces couvre-chefs désuets ou insolites avec volupté et amusement.
Bien à vous
Mark Janza

Hervé 30/07/2014 22:46

L'été, je suis un aficionado du Panama en paille, que je porte avec un jean et une chemise à manches courtes très ajustée.

Cédric 30/07/2014 00:39

Pour les chapeaux, je trouve que nous avons un large choix. Personnellement, j'ai opté pour un trilby cet été.

Rémy 03/07/2014 10:33

Quel est la couleur naturelle de la paille des Panama ? Plus proche du blanc ou du jaune ?

Toukandèle 02/07/2014 10:13

Chapeau (de paille) !
Mon dernier panama cédé lors d'une brocante au mari d'un couple d'anglais, il faut que j'en retrouve un de couleur naturelle.

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories