Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 06:18

 

                         «  L'homme ou la femme parfaits sont les êtres les plus nuls », Balzac

 

 

Les modèles d’élégance ne sont pas des Apollons. Philippe Noiret était lourd et pataud et marchait en canard. Cary Grant se lamentait de sa tête trop grosse et de ses jambes arquées. Fred Astaire était petit, fluet, et il avait un trop grand crâne.

La vue d’un homme merveilleusement vêtu mais disgracié par la nature arrache des regrets. On se prend à rêver à ce que les mêmes vêtements auraient pu donner sur un autre… Mais on a tort. Habillez parfaitement le plus bel homme du monde, vous n’en ferez pas un parangon d’élégance. Alain Delon, par exemple, fut un très bel homme. Certains films le montrent très bien mis. Etait-il élégant pour autant ? Qui l’a vu dans Monsieur Klein a le droit d’en douter. Tout se passe comme si deux perfections ne pouvaient coexister sans que l’une fasse du tort à l’autre.


alain-delon-monsieur-klein.jpg

 

L’intérêt pour l’élégance naît de la conscience d’un manque. Michel Leiris dit très bien les choses dans L’Age d’homme : « Ma tête est plutôt grosse pour mon corps ; j’ai les jambes un peu courtes par rapport à mon torse, les épaules trop étroites relativement aux hanches. Je marche le haut incliné en avant ; j’ai tendance, lorsque je suis assis, à me tenir le dos voûté ; ma poitrine n’est pas très large et je n’ai guère de muscles. J’aime à me vêtir avec le maximum d’élégance ; pourtant, à cause des défauts que je viens de relever dans ma structure (…), je me juge profondément inélégant (…) il est nécessaire de construire un mur autour de soi, à l’aide du vêtement. »

L’élégance est une quête toujours inachevée. Je doute qu’aucun de nos modèles ait jamais pensé avoir atteint son but. Une des femmes de Cary Grant divorça de lui au prétexte qu’elle ne pouvait pas continuer à vivre auprès d’un homme qui se regardait dans toutes les glaces. S’il le faisait, ce n’était pourtant pas - j'en suis sûr - par narcissisme, mais par souci compulsif de se rassurer.

Les beaux hommes, d’ailleurs, n’ont que faire de l’élégance : leur perfection physique leur suffit. Pourquoi construiraient-ils, à l’aide de vêtements, un mur autour d’eux ? Leur corps est leur propre mur ! Et leur vanité de propriétaires est féroce !

Parce qu’elle a fait du corps un dieu, notre société ignore l’élégance. Ce n’est pas au vêtement que l’homme disgracié contemporain demande de réparer ses tares. Comme le dit l’adage populaire : il faut souffrir pour être beau. Les salles de musculation sont pleines, les livres de régimes s’arrachent… comme des petits pains. Musculature, minceur, hâle se sont substitués à l’habit. Au moindre rayon de soleil, on se dénude, on s’exhibe.

Pour l’homme élégant (janséniste par un certain côté), le vêtement ressemble à un cache-misère. Pour l’homme contemporain, il est un montre-corps. D’un côté, la prédominance de l’esprit ; de l’autre, celle de la matière.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

Le Chiffre 27/12/2013 23:27

Entièrement d'accord avec vous, cher Chouan !
Cela dit, tant qu'elle ne tourne pas à l'obsession, je pense que la recherche conjointe de l'élégance vestimentaire et de la perfection physique est tout à fait envisageable, et même louable. Après
tout, la perfection n'est pas de ce monde, il s'agit seulement d'un objectif à atteindre, l'important n'étant pas de l'atteindre, chose impossible, mais de faire tendre tous ses efforts vers ce
dernier.
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains regardent les étoiles..."

La beauté physique, plus encore pour l'homme je trouve d'ailleurs, ne se résume pas au corps. De nombreuses stars d'Hollywood avaient une beauté et un charme, un charisme ravageur, cela simplement
en ayant un visage particulier, qu'on n'oublie pas -une gueule, quoi. Et même si leur corps était loin d'être "parfait", le visage y suppléait. Je pense à Bogart, Cooper, Stewart, Sterling Hayden,
Peter Lorre (quand il était mince...), Melvyn Douglas... la liste n'est pas exhaustive !
On peut penser à Gabin aussi, à Jouvet, pour revenir à des acteurs français n'ayant objectivement pas un physique d'Apollon mais indéniablement beaux tout de même.

D'un autre côté, on peut trouver facilement des contre-exemples. Ainsi, je dirais Clark Gable, Glenn Ford, que j'aime beaucoup, mais aussi, pour sortir d'Hollywood et des années 1940, Steve McQueen
ou Sean Connery.

Quand vous parlez de Delon dans Monsieur Klein, le trouvez-vous mal habillé, ou faites-vous référence à ce que fait le personnage ? Sur la photo de votre article, Delon a l'air très élégant dans
son polo coat camel, je trouve. Un peu -ou trop- pâle, mais élégant tout de même !


PS : je trouve également l'idée d'un article sur Jimmy Stewart excellente ;)

Le Chouan 30/12/2013 13:00



Alain Delon porte, dans M. Klein, quelques beaux habits (costume gris clair 3 pièces, manteau croisé beige...) Il est bien mis mais je ne le trouve pas élégant en ce sens qu'il
n'"habite" pas ses tenues. Pour ajouter un mot sur Delon : il avait un beau visage mais il manquait d'allure. Dans Plein Soleil, par exemple, je trouve Maurice Ronet beaucoup plus
séduisant - car plus "dense" - que lui.



Philippe Muller 23/12/2013 22:59

Mille mercis pour ces deux dernières chroniques, qui montrent assez combien le sujet apparemment limité de l’élégance masculine peut donner lieu à des développements ambitieux et instructifs,
exciter l’intelligence, pourvu qu’on y accorde la recherche, la réflexion, et en somme le travail que vous lui accordez avec talent, publication après publication, dans les pages de ce blog.

Pour en revenir à la dernière chronique et ajouter aux commentaires qu’elle a déjà suscités, il me semble que les femmes, le plus souvent, méconnaissent les codes de l’élégance masculine (elles ont
mieux à faire, à juste titre) et s’arrêtent dans leur jugement à quelques détails : le soin des mains et des souliers, pour faire simple. De sorte qu’elles distinguent plus sûrement que nous la
séduction de l’élégance, la première restant si difficile à cerner qu’elle se définit mieux par ses nombreux exemples, à l’image des arts.

George Bailey 22/12/2013 11:30

Cher Chouan,

Je m'étonne de ce que vous n'avez pas encore consacré un billet au grand James Stewart : n'est-il pas digne de figurer au sein du Panthéon de l'élégance hollywoodienne, à côté des Fred Astaire,
Cary Grant, Gary Cooper, Clark Gable, etc. ? Revoyant It's a Wonderful Life - indispensable à l'approche de Noël - de Capra, j'ai pu admirer quelques belles tenues, et me suis précipité sur mon
ordinateur pour vérifier si je pouvais trouver une étude intéressante de son "style" sur votre blog... hélas, j'ai pu constater qu'il en était presque absent. Ne peut-il pas prétendre au titre
d'homme élégant ?

Cordialement,

De la part d'un lecteur fidèle.

Le Chouan 22/12/2013 12:56



Si, si, vous avez raison. Qui plus est, James Stewart aurait pu être cité en exemple dans cet article : l'attention qu'il prêtait à sa mise ne trouvait-elle pas sa source dans la conscience qu'il
avait de ses défauts physiques (taille et maigreur) ?



ad 20/12/2013 23:20

Apollon, désolé pour la faute de frappe.

ad 20/12/2013 23:18

Je pense pour ma part que l'on peut être beau et élégant, l'un et l'autre ne sont pas indissociables.
Sinon on en revient à cette dichotomie entre la puissance de l'esprit et celle du corps.
Par exemple le modèle de virilité de l'époque moderne était tourné autour de la figure du courtisan. Celui-ci devait conserver des valeurs guerrières lorsqu'il combattait sur le champs de bataille,
mais se devait d'être un homme courtois et raffiné dans la vie de tous les jours. Un modèle de virilité différent du guerrier de l'époque médiévale.
En réalité, l’exhibition du corps sculpté a plus à voir avec cette vulgaire époque du marketing et de la com' dans laquelle nous vivons.
Pour moi l'homme élégant peut avoir un corps d'Appolon, mais seul sa dulcinée le verra éventuellement dans l'intimité...

Valmont 20/12/2013 14:18

Tiens hier soir je me suis regardé le clan des siciliens. Excellent film à mon goût. Je ne suis pas le mieux placé pour parler d'élégance mais puisque vous parlez de Delon je trouve justement que
les scènes où on le voit en simple chemise, manches retroussées à la va vite lui confèrent ce charisme de truand vagabondeur. Son style suit le rythme de sa vie et son caractère.

Mon propos n'est pas ici d'opposer votre vision de l'élégance à la vision de l'habillement contemporain (qui pour commencer est un sujet assez vaste mais qu'on pourrait résumer au simple APPARAT
physique). D'ailleurs peut-être partagez-vous déjà mon avis sur le fait qu'un homme se vêtit en fonction de sa vie, ce qui me semble être en rapport avec la contextualisation situationnelle de
l'homme élégant. Ce que je dis ici se résume au fait que l'habit se calque sur la vie, sur le caractère, et bien qu'étant inélégant par sa mise l'homme habille le vêtement. Ce qui me semble être le
but non de l'homme élégant à proprement parler - puisqu'il UTILISE le vêtement-, mais le but de l'homme qui vit par lui même, de cet homme qui trouve gratification dans le fait de mener sa propre
vie. Comme si l'on prenait une chemise posée sur le dos d'une chaise avant de vaquer naturellement à ses occupations.

Bref c'est l'opposition entre l'homme qui donne vie à sa mise et de l'homme qui vit à travers en quelques sortes. En ce sens je trouve l'élégance un poil narcissique mais beaucoup moins
superficielle que cette vision qui consiste à rechercher son style. Pour certaines personnes le style leur tombe dessus quand d'autres grimpent à l'échelle toute leur vie. Pour rebondir sur votre
conclusion, d'un côté la prédominance de l'esprit, de l'autre celle du Corps.

Antoine 19/12/2013 19:24

Si je puis me permettre l'élégance cache un corps inaccessible et se substitue à lui dans ce qu'elle montre. La séduction n'est qu'un sous produit de se tour de passe passe bien involontaire du
point de vue de l’élégant.

Théophile 18/12/2013 22:21

"Une des femmes de Cary Grant divorça de lui au prétexte qu’elle ne pouvait pas continuer à vivre auprès d’un homme qui se regardait dans toutes les glaces. "



Ou peut-être parce qu’il était homosexuel ?

Le Chouan 19/12/2013 16:21



J'ai entendu cette histoire il y a bien longtemps. Un spécialiste de CG pourrait nous dire de laquelle de ses femmes il s'agit. Cela dit, je doute, comme vous, que ce soit la raison principale du
divorce !...



Julien Scavini 18/12/2013 22:08

Voilà qui est remarquable de clarté ! Merci.

franck 18/12/2013 21:40

chouan,

pour faire écho à ce billet évoquant élégance et perfection physique, je me suis souvent posé la question du lien qui pourrait exister entre élégance et séduction.
l'homme élégant est-il séduisant? certains sans doute se l'imaginent. le séducteur est-il un homme élégant (je parle bien du séducteur et non pas d'un homme à la sexualité compulsive)? je suppose
que c'est ainsi qu'il se voit.
ont-ils raison? pour le second ma foi je n'en ai pas la moindre idée, pour le premier cependant j'ai tout de même un doute. en effet, la gente féminine est incontestablement sensible à un homme qui
porte beau, toutefois, je vous parie un blazer Cifonelli que si, pour passer une soirée, elles devaient choisir entre un Philippe Noiret et un Alain Delon (jeune), leur choix se porterait sur ce
dernier. comment leur donner tort après tout?
vous me direz qu'un élégant n'a pas pour objectif de séduire et aussi, peut-être, que je confonds séduction et succès. mais finalement, la séduction n'est-elle pas aussi une "prédominance de
l'esprit"?

Le Chouan 19/12/2013 16:19



Merci de ces intéressantes réflexions.


Ce que je crois, c'est qu'un homme élégant sera peut-être séduisant (en raison, notamment, de son élégance), mais ne sera pas un séducteur : il entre dans ce mot une idée de calcul très éloignée
de l'élégance.



FMR 18/12/2013 11:19

@xavier
il y a un acteur anglais, Bill Nighy, qui -- dans un style anglais -- n'est pas mal du tout : http://www.mrporter.com/mrporter/content/journal/151111/theLook/v2/mainImage3.jpg. Dans « the boat that
rocked » son personnage avait un style intéressant : http://i.imgur.com/wYC3Xgw.jpg?1

Pour Kechiche, il a les premiers tics caricaturés ici http://www.dailymotion.com/video/xrugev_tics-du-showbiz_fun

Xavier 17/12/2013 14:33

Pier Paolo Pasolini était aussi très élégant :

http://www.dvdclassik.com/upload/images/galeries/pier-paolo-pasolini7.jpg

Nous ne retrouvons plus aujourd'hui une telle élégance chez nos "réalisateurs". Le festival de Cannes accueille chaque année un défilé de personnages grotesques vêtus de smoking noir sur chemise
noir :

http://news.tunistribune.com/sites/default/files/styles/large/public/field/image/kechiche_cannes_2013.jpg?itok=mgWCbc3a

Mais pour le réalisateur de "La Vie d'Adèle", je trouve que le noir est parfaitement adapté.

FMR 17/12/2013 09:09

Et Laurent Terzieff ? Beau (extrêmement) et élégant, dans son journal Mathieu Galey rapporte « Curieux, son dandysme. M'assure qu'il attache aux vêtements une importance que je n'avais pas
soupçonnée. Que ses tweeds sont toujours de bonne qualité, même s'ils sont avachis. Et qu'une paire de soulier mal cirés le rend malade, comme une tache impardonnable. » (Tome II, p149)

Le Chouan 17/12/2013 11:31



J'attendais les contre-exemples - Gianni Agnelli notamment, mais pas Terzieff. Jeune, Laurent Terzieff avait une beauté ténébreuse; l'âge et la maladie ont fini par lui donner un visage
extraordinaire, fascinant. D'une certaine façon, il me fait penser à Artaud dont la physionomie évolua dans le même sens mais pour d'autres raisons.



Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories