Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 07:00

Gaston Defferre

 
La figure paradoxale et encombrante du responsable socialiste millionnaire n’est pas inédite. Avant Fabius, DSK et quelques autres, il y eut Léon Blum et, plus près de nous, Gaston Defferre qui, trente-trois années durant, régna sur Marseille.

Le journaliste Pierre Viansson-Ponté évoqua dans un livre le « goût » de celui-ci « pour les plaisirs coûteux ». Aimant la mer, il s’offrit en 1961 un merveilleux jouet, le Palynodie II, qui  demeure une référence en matière de yachting. Gaston Defferre s’unit en troisièmes noces à Edmonde Charles-Roux, grande bourgeoise et admiratrice (lucide) de Coco Chanel.


gaston-defferre-bateau.jpgA la barre du Palynodie II

 

Je me souviens que dans les années 80, Paris-Match consacra une enquête au coût des tenues portées par nos hommes politiques. Gaston Defferre arriva en tête. Il faut dire que ses costumes trois pièces étaient fabriqués sur mesure par Lanvin. Protestant, Defferre cultivait une élégance discrète qui versait dans l'austérité ; manteau, costume, cravate : tout était sombre, hormis la chemise, d’un blanc immaculé.

Son feutre était sa signature. Dans son Guide de l’élégance au masculin, Bernard Lanvin raconte : « Même pendant la Résistance, où il s’annonçait sous un nom d’emprunt, l’organisateur du réseau Brutus n’a jamais cessé de rendre visite à Gélot. Est-ce en hommage à Léon Blum (…) qu’il avait choisi un tel couvre-chef ? Sans doute. Ce chapeau, pour les chapeliers, est d’ailleurs dit "à la Léon Blum" . »


gaston-defferre-mitterrand.jpgAvec François Mitterrand

 

Ainsi vêtu, Gaston Defferre avait quelque chose d’anachronique. Dans un film de truands, le maire de Marseille aurait été parfait, auprès d’un Gabin par exemple, dans le rôle de l’avocat bien mis mais corrompu jusqu’à la moelle.


gaston-defferre-telephone.jpg

 

Posé sur un coussin de velours rouge porté par un enfant, « le feutre de Gaston » suivit celui-ci jusqu’à sa dernière demeure. Jean-Victor Cordonnier, alors premier adjoint et maire de Marseille par intérim, finit ainsi son éloge funèbre : « Monsieur le maire, tu as décidé de faire une croisière en solitaire. En partant, tu as oublié ton chapeau. Tes amis te le gardent. » Une « sortie » digne de Pagnol !

 

Jacques Chaban-Delmas

 
Bien que de taille moyenne, Jacques Chaban-Delmas avait un physique qui plaisait aux femmes. A la fin de sa calamiteuse campagne présidentielle de 1974, s’étonnant de la dureté dont firent preuve ses adversaires à son endroit, il confia que la seule chose qu’on pouvait lui reprocher dans la vie était d’avoir fait quelques maris cocus (1)… Dans Paris brûle-t-il ? son rôle de jeune et intrépide général de brigade, héros de la Résistance, est tenu par Alain Delon. Ce choix du réalisateur René Clément ne le flatta pas plus que ça : il le trouva juste normal.


jacques-chaban-delmas-alain-delon.jpgAvec Alain Delon    

 

L’âge mûr lui alla bien. Son teint éternellement hâlé et sa crinière argentée lui donnaient des airs de Vittorio De Sica français. Il aurait pu faire du cinéma, d’ailleurs – mais au temps du muet… à cause de sa voix haut perchée.

Ancien champion de tennis et international de rugby, il prenait grand soin de sa forme physique. La légende disait qu’il montait les escaliers quatre par quatre. Vanité de coquet : il aima longtemps avouer son âge, tant il était certain de paraître beaucoup plus jeune. La maladie se chargea de remettre – si j’ose dire – les pendules à l’heure. Elle réduisit sa mobilité et finit par le rendre impotent. Quand le sort se pique d’ironie, il ne fait rire que lui. Face à l’adversité, Jacques Chaban-Delmas fit preuve d’un grand courage. Il s’effaça peu à peu, sans parler, sans prier, sans gémir.


jacques-chaban-delmas-les-compagnons.jpg

 

Jacques Chaban-Delmas fut fidèle à ses choix vestimentaires : costumes droits de couleur grise, chemises blanches ou, plus souvent, bleues à poignets mousquetaires, cravates unies bleu foncé ou, surtout, vertes, pochette rectangulaire blanche (2). Son éternel trench kaki, qu’il portait comme personne, témoignait d’une autre fidélité – celle qui le lia à la Résistance et au gaullisme.

__________________________________________________________________________________
1. Pour l’anecdote, regardez ce « clip » de propagande électorale. En fin de campagne, les sondages annonçant sa défaite, Chaban crut malin de faire venir André Malraux. Il dira plus tard qu’à chaque fois que Malraux ouvrait la bouche, il voyait s’envoler des milliers de voix…
2. L’alliance costume gris, chemise bleue et cravate verte mérite d’être signalée. 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

TF. 26/09/2012 00:23

Jacques Chaban-Delmas a souvent porté des costumes croisés au sortir de la guerre et lors des débuts de la Vème République, comme en témoignent certains clichés.
En outre, je rejoins Julien Scavini sur le fait que cet homme politique est toujours apparu dans des mises extrêmement bien soignées et qui lui seyaient à merveille, notamment lors des cérémonies
officielles, comme le voulait le code d'alors:
http://imageshack.us/a/img580/281/pompidouf71308rc10.jpg

De plus, il est à noter que c'était encore l'un des rares à "oser" le costume trois pièces dans l'Hémicycle, notamment dans la fin des années 80 (pourtant période de dégénérescence du vêtement
masculin) lorsqu'il était encore député de Gironde et Président de l'Assemblée Nationale.
Il fut avec Georges Pompidou un homme d'une élégance certaine, sobre mais subtile, comme je les apprécie.

Julien Scavini 23/09/2012 20:52

Je suis ravi de lire cet article. J'avais déjà nommé J. Chaban-Delmas dans un commentaire il y a quelques mois. Il m'a toujours semblé extrêmement bien vêtu. Je crois avoir vu, dans un
documentaire, l'homme en queue-de-pie à l'occasion d'un conseil des ministres, ou quelque chose d'officiel au temps où l'on s'habillait encore comme cela. Il était excessivement bien apprêté.

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories