Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 06:57

Marcel Dassault

 

Marcel Dassault avait un physique d’homme né vieux et trop tard. Petite moustache, grosses lunettes d’écaille, écharpe, costume trois pièces, toujours enveloppé dans des manteaux un peu trop grands, toujours chapeauté, il avait une allure surannée, désuète.


marcel-dassault.jpg


Ah ! son chapeau ! Une légende. Bernard Lanvin lui a consacré une page dans son Guide de l’élégance au masculin. Extraits : « (…) le crâne de Marcel Dassault mesurait 55 centimètres à peine. Pour le doyen des clients de Gélot, on avait réalisé un moule exclusif en bois. (Il) commandait invariablement le même modèle. (Il) convoquait son tailleur, mais faisait à son chapelier l’honneur de se déplacer. Il avait la passion des chapeaux légers, très souples, à bords étroits, et les choisissait le plus souvent gris ou beiges. (Il) réclamait un « réglé » (règle métallique) et vérifiait les proportions de son feutre neuf avec le même sérieux qu’il devait apporter à déterminer la largeur d’un fuselage. (…) Un des derniers appels du célèbre constructeur d’avions (il téléphonait de son lit d’hôpital) fut (…) pour Gélot. »

Lanvin ne dit pas si Marcel Dassault exigeait, quand il commandait un manteau, que les poches fussent taillées grandes afin  d’y glisser les liasses de billets que, durant les campagnes électorales, il distribuait généreusement.

Hergé s’est inspiré de lui pour créer le personnage de Carreidas dans Vol 714 pour Sydney. Pierre Assouline, biographe de Hergé, raconte : « (Carreidas) est une caricature du génial constructeur des Mirage et Mystère (…). Il lui a beaucoup emprunté : sa silhouette, son chapeau, son cache-col, son côté frileux… Mais autant la copie est pingre, autant l’original était prodigue. Les deux étaient probablement des éternueurs compulsifs. Horrifiés par la fumée du tabac, ils étaient pareillement obsédés par les microbes, au point d’éviter le serrement de main (1). »

Il utilisa son immense fortune pour réaliser certaines de ses lubies : création de Jours de France, un magazine consacré exclusivement à l’actualité heureuse, dans lequel il tenait lui-même la rubrique du « Café du commerce » ; production de films à l’happy end obligatoire.


marcel-dassault-jours-de-france.jpg


Bien sûr, il n’y a pas que les milliardaires à avoir des lubies. Mais, comparées aux leurs, les nôtres font mesquines !  

 

Albin Chalandon

 
Albin Chalandon vit toujours. Mais sa carrière politique est derrière lui. Plusieurs fois ministre, il se distinguait de ses collègues par une mise soignée, un tantinet précieuse. Il affectionnait la pochette de soie à motifs, qu’il assortissait plus ou moins à sa cravate, les chemises de couleur à col et poignets blancs, le « tab collar », les costumes à rayures banquier…


albin-chalandon.jpg

 

A propos de ses costumes : toujours bien coupés dans des matières somptueuses.

Il se singularisait aussi par une impassibilité que d’aucuns auraient tôt fait de qualifier de « dandy ». Mais un dandy fait-il de la politique ? Choisit-il d’être banquier ? Et grand patron ? Car Albin Chalandon fut tout cela : créateur, avec Marcel Dassault, de la Banque commerciale de Paris, puis dirigeant d’Elf-Aquitaine.

Pas orateur pour deux sous, il compensait par un humour froid, coupant.

Anglomanie manifeste !

Albin Chalandon a mal vieilli, comme il arrive souvent aux hommes restés trop longtemps sensibles au charme des jeunes femmes (2) (ça, diraient les mauvaises langues, ce n’est peut-être pas son côté le plus britannique…)

Il s’est d’abord teint les cheveux en brun, puis en roux et, pour finir, en  blond « Hortefeux ». On l’a vu aussi se vêtir tout en noir, à la manière d’un vieux rocker…


albin-chalandon-blond.jpg


« La vieillesse est un naufrage »
, disait de Gaulle. Ou plutôt Chateaubriand.
 

_________________________________________________________________________________
1. Hergé, biographie, Pierre Assouline, Plon, 1996.
2. Il fut l'un des "découvreurs" de Rachida Dati.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

Pierre-Antoine Antonelle 02/10/2012 19:09

Cher Monsieur,

Quoiqu'ayant plus de penchant pour le général Hoche que pour Monsieur de Charette, ce qui ne signifie pas pour autant que j'approuve les abominables massacres auxquelles se livrèrent les colonnes
infernales, j'éprouve un indéniable plaisir à vous lire. Vos propos, qui dénotent un homme de goût, de culture et de cœur, outre un vif intérêt, ont suscité en maintes occasion mon approbation.
Vous me permettrez donc d'apporter quelque précision à ce que vous avez écrit dans votre dernier billet, précision qui n'est en rien la conséquence acrimonieuse et aigre des divergences
d'appréciation que nous pourrions vous et moi porter sur les événements qui advinrent à Quiberon en 1795.
Ce n'est pas seulement par goût que Marcel Dassault s'attifait ainsi qu'il le faisait. C'était une conséquence de sa déportation à Buchenwald. Il en était revenu avec une santé délabrée et un
trouble du métabolisme qui faisait qu'il avait toujours froid.
Léon Blum ne fut jamais millionnaire et ne posséda jamais la vaisselle d'or que d'aucuns lui prêtèrent. Son père appartenait à la moyenne bourgeoisie aisée et tenait commerce en gros de tissu. Léon
Blum réussit le concours d'entrée de la rue d'Ulm, quitta l'école, où il s'ennuyai, pour faire du droit. Il passa ensuite le concours du Conseil d'Etat et n'eut longtemps pour seule ressource que
son traitement de haut fonctionnaire. Il est dommage qu'emportés, aveuglés par les haines politiques du temps, bien des hommes de talent qui signaient dans L'Action française aient répandu la
légende d'un Blum millionnaire.
Gaston Defferre posséda, si ma mémoire est bonne, cinq voiliers baptisés Palynodie. L'âge venu, il fit cadeau de l'un d'eux (Palynodie IV ?) à l'école de voile des Glénans.
Un mot, de Pompidou je crois, sur Albin Chalandon, dit "le bel Albin": "Chalandon n'aime que l'argent et les femmes."
Bien cordialement et avec toute mon estime

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories