Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 07:07

The Sartorialist a popularisé quelques personnages qui sont devenus des « incontournables » du petit monde de l’élégance. Tous ne sont pas à mettre sur le même plan. Si Bruce Boyer, Luciano Barbera, Yukio Akamine, Beppe Modenese méritent des éloges, d’autres me laissent songeur. Je n’en citerai que deux dont, étrangement, des blogs que j’aime bien ont fait des modèles : Lino Ieluzzi et Renato Plutino.


lino-leluzzi-copie-1.jpgLino Ieluzzi. Crédit : Scott Schuman


lino-ieluzzi.jpgLino Ielluzzi. Crédit : Scott Schuman


renatu-plutino-lunettes.jpgRenato Plutino


renato-plutino-lino-l.jpgLes deux compères

 

Ca, des élégants ? Des vieux beaux, oui. Et pourquoi pas Michou ? Ou Ugo Tognazzi en Renato dans La Cage aux folles ? Les cheveux teints, les colifichets, les blue suede shoes, les manteaux bleu ciel, les montres surdimensionnées, les gants glissés dans la poche poitrine du manteau, les lunettes miroir, les pieds nus dans des chaussures de ville… autant de marques de mauvais goût. Un point c’est tout.


michou.jpg Michou


ugo-tognazzi.jpgUgo Tognazzi, La Cage aux folles

 

On connaît l’anecdote de Brummell répondant à qui le félicitait de son élégance aux courses d’Epsom : « Si vous m’avez remarqué, c'est que je n’étais pas élégant. » Est-ce à dire que l’élégance implique l’invisibilité ? Mon avis est plus nuancé.

A mon sens, la repartie de Brummell suppose deux choses : 1. Son interlocuteur ignorait ce qu’était la véritable élégance. 2. Ce jour-là, il y avait sûrement dans la tenue de Brummell quelque chose de m’as-tu-vu propre à retenir l’œil du vulgaire.

Car l'’élégance ne se révèle qu’aux yeux des connaisseurs. Aux yeux du béotien, elle reste invisible.

Une autre sentence de Brummell confirme mon interprétation : « Si John Bull se retourne sur votre passage, c’est que vous n’êtes pas bien habillé. » Brummell prend soin de préciser : « John Bull », soit, chez nous, Jean Dupond.

Si, donc, vous jugez bonne la fréquentation d’un Lino Ieluzzi ou d’un Renato Plutino, c’est que vous vous faites de l’élégance une autre idée que la mienne.

Les hommes qui donnent le sentiment que leur apparence est l’unique affaire de leur vie me sont toujours apparus vaniteux, niais, ridicules. Quand j’en rencontre un de la sorte et qu’il s’adresse à moi comme si j’étais des siens, je me sens tout à coup honteux de partager avec lui le goût du chiffon.

Qu’on dise de nous : « Il a du style » ou « Son habillement colle bien à sa personnalité ». Mais qu’on ne dise pas, et, surtout, qu'on ne donne pas matière à dire : « C’est une gravure de mode, un Narcisse désireux d’attirer tous les regards sur lui ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

Antoine 06/07/2012 14:12

Tout est dit et de manière si claire et concise ! A chaque saison, je me rends à la fashion week de mode masculine. Beaucoup de spectateurs font tout pour se remarquer. Allant jusqu’à se rendre
déguisés sur les lieux des défilés. Déguisé c’est vraiment le mot juste. Certains portent des vêtements de femme, des perruques, des chaussures à poils… L’objectif n’est pas du tout d’être élégant,
mais d’être vus, à tout prix. C’est particulièrement le cas bloggeurs venus d’extrême orient. Le paradoxe c’est que ce sont ceux qui se font le plus photographier par les photographes de chasseurs
de tendances, de magazines, de blogs…

Jean-Noël 18/06/2012 20:24

Très bon article, comme d'habitude...

Je partage tout à fait votre point de vue sur l'élégance. Toutefois, une question se pose : si la discrétion est de mise, que faire à notre époque où, la société tout entière étant fort mal
habillée, le simple fait de l'être à peu près correctement attire inévitablement l'attention ? Doit-on proscrire la pochette (même en lin blanc), doit-on cesser de cirer ses chaussures, doit-on
éviter les cravates, doit-on oublier les gants de cuir ? Inutile de même songer à porter un chapeau !

Personnellement, bien que vivant dans un milieu modeste, j'essaie depuis quelques années m'habiller selon des principes proches de ceux que vous défendez (votre blog m'y aide d'ailleurs, je vous en
remercie au passage) et très éloignés, je vous l'assure, de ceux qu'illustrent des personnes comme M. Ieluzzi. Or, régulièrement, on se retourne sur moi, on me demande si "je vais à un mariage" !
Cela ne me fait pas plaisir, mais que faire ?

Il faut bien l'admettre, la simple élégance, de nos jours, fait de vous un marginal, un personnage qui sort de l'ordinaire... et donc pas un élégant !

Le Chouan 18/06/2012 21:12



Merci !


Vos remarques soulèvent en moi une interrogation quasi existentielle... Petite scène de la vie provinciale : je suis sorti cet après-midi en ville. Mes chaussures étaient impeccablement cirées;
j'arborais une pochette (Roda) à liserés contrastés; j'avais noué autour de mon cou une cravate de tricot bleu foncé... et je n'ai eu à subir aucune remarque désagréable, pas même un regard
réprobateur... De deux choses l'une : ou je suis très, très, très élégant... ou je suis complètement insignifiant !...



philippe booch 18/06/2012 15:08

Oui, Internet pullule de blogs de "street fashion" pour reprendre ce terme assez laid.
Lesdits blogs, et The Sartorialist en chef de file, ne s'embêtent plus à chercher bien loin des personnes ayant quelque chose de particulier parmi les quidam de la rue.
Non, ils se contentent de se planter à l'entrée des lieux des défilés de mode et de photographier des personnes de la corporation.
Cette paresse entraine une galerie de portraits, très consanguine, des sempiternelles 15 ou 20 personnes, des professionnels de la profession, des sapeurs sapés.
Tout est dit dans votre titre en fait : fausses valeurs pour fausses personnes.

Le Chouan 18/06/2012 16:54



Les tenues présentées par The S. retiennent de moins en moins souvent mon attention. Il y a une évolution, c'est certain.


L'idée m'était venue de créer un "street fashion", comme on dit, qui aurait eu des relais photographes amateurs dans toutes les grandes villes de province. Mon rôle aurait été de choisir les
clichés méritant d'être publiés (pardi !).


Amitiés.



Julien Scavini 18/06/2012 12:12

Je ne peux pas dire que je déteste. C'est italien, alors soit.

En revanche, je suis beaucoup plus circonspect sur l'ensemble des imbéciles costumés que l'on peut voir dans les blog à Pitti Uomo, et qui entourent souvent M. Lino (comme pour se faire valoir).
Multiplier des effets de n'importe quoi ne suffit pas à créer de l'élégance !

François 18/06/2012 11:31

La deuxième photo de M. Ielluzzi évoque irrésistiblement la figure récurrente de l'homme d'affaires riche, satisfait et meurtrier dans un épisode de Columbo des années '70. La victime est le style,
en l'occurrence... Quant à la photo suivante, elle m'inspire l'idée que le style est, déjà, d'être habillé d'une façon cohérente avec son âge. Sinon merci infiniment pour votre blog, et pour la
découverte des trois personnages que je ne connaissais pas (seul Bruce Boyer m'était connu).

franck 17/06/2012 21:02

chouan,

je trouve ce dernier billet particulièrement intéressant puisque vous y exposer de manière trés claire vos limites à l'élégance.
et puisque vous êtes un esprit subtil, ces limites ne sont pas de celles qui s'imposent par la plus banale évidence du genre: jamais de chaussettes blanches ni à motifs humoristiques, pas de
cravates avec des personnages de bd, pas de chemises à multiples boutons carrés, jamais de pantacourt etc, etc...
non, vos limites chouan sont de celles qui font discuter, qui n'ont rien de convenues, elles sont trés souvent justes, parfois étonnantes (guy marchand, paul leautaud, bernard lavilliers).
pour le cas présent, et pour hasarder une mauvaise réference nietzschéenne, les valeurs de lino ielluzzi sont celles d'un dyonisos déchainé quand les votres se rapportent à un apollon tout en
mesure et équilibre.

franck

cc 17/06/2012 20:39

Cher Chouan

Je confirme que seul Elvis pouvait porter une paire de Blue Suede Shoes, sans sombrer dans le ridicule,hélas le King ne fut jamais un modéle d'élégance.

Churchs propose un modéle "Obsey" dans cette matiére,qui mérite toutefois toute notre attention.

Toukandèle 17/06/2012 14:47

Cher Chouan,
Comme toujours votre fine analyse rencontre mon assentiment; toutefois, tout comme Olivier, je vous trouve dûr et critique (trop ?) envers ces (trop vieux) beaux que sont Lino et Renato; Ils sont
en effet "too much" et leur vêtements peuvent leur servir de personnalité, mais rappelons qu'ils sont Italiens, avec tout ce que cela représente et - au moins - ils osent : ils osent un peu trop,
trop voyant, ostentatoire, coloré pour leur âge mais cela me les rend sympathique, sans connaître leur vraies personnalité. En effet, se prennent-ils au sérieux, font-ils cela avec humour et
décalage ? les photos ne suffisent pas à me renseigner sur ces points.
Si d'autres qu'eux osaient un peu plus, sans dépasser le bon goût français, la vision de nos rues des villes serait moins triste et atone.

Le Chouan 17/06/2012 17:49



Cher Toukandèle,


Je n’ai pas dû être assez clair. J’ai écrit ce texte en réaction à des articles de blogs présentant LI et RP comme des modèles. Et je ne me souviens pas que dans ces articles et dans les
commentaires qui les suivaient on supposait de la distance, du second degré dans les choix de ces messieurs.


Vous me donnez l’occasion de compléter ma réponse à Olivier.


- Un homme politique qui fait de sa nouvelle apparence un enjeu de communication (suivez mon regard…) s’expose à la critique ; je dirais même qu’il la légitime.


- Même chose dans le cas de deux messieurs posant régulièrement pour un blog de mode.


Et puis, mon billet n’est pas que négatif (voir les noms cités en ouverture) !


Amitiés.



Olivier 16/06/2012 16:35

Cher Chouan,

J’adhère évidemment. Mais, je l’avoue, dans une certaine mesure uniquement.

Bien sûr, je partage avec vous cette conception de l’élégance se fondant sur le souci de discrétion. Conception, qui, soit dit en passant, repose de plus en plus sur un paradoxe. Car à notre
époque, arborer en ville (même à Paris) un carré de lin blanc dans la poche de poitrine de sa veste suffit à vous valoir des regards appuyés. Elégance et discrétion vont de moins en moins de pair
et souvent, hélas, il faut choisir son camp...

Les deux personnes que vous prenez pour cibles ne s’encombrent pas de ce genre de scrupules, c’est un fait. Et puis ? Oui, il y aura toujours des personnes qui se posent en parangons d’élégance. Et
d’autres pour les suivre aveuglément. Mais je le répète : et puis ?

C’est un travers bien français, je trouve, que l’esprit critique finisse toujours par se focaliser sur les aspects négatifs et sur eux uniquement. A cet propos, je suis toujours effaré des
critiques qu’on se permet d'émettre sur certains blogs français traitant d’élégance et, partant, de l’agressivité qui règne dans les échanges de commentaires. A croire, en effet, que le vêtement
serait devenu pour certains le seul dépositaire, voire l'ultime redoute de leur identité, qu’ils défendent bec et ongles. Rien de tel en comparaison sur les sites équivalents anglo-saxons, où les
gens viennent tout simplement partager des informations et où chacun est respecté dans ses choix et ses obédiences.

Tout cela pour dire, cher Chouan, que je préfère venir vous lire quand vous partagez vos enthousiasmes, plutôt que lorsque vous éreintez des personnages publics - que ceux-ci soient des hommes
politiques, des journalistes, des comédiens ou de pseudo références en matière d’élégance. Car éreinter revient bien souvent à tirer sur l’ambulance. Ce qui n’est, je présume, pas votre propos.

J’ai le souvenir de billets traitant de codes que j’avais trouvés très instructifs et pour lesquels j’aurais aimé voir des illustrations, des partis pris (de l’inutilité du noir pour les souliers,
ou du blanc pour les chemises par exemple) qu’il me paraîtrait intéressant d’approfondir (quitte bien sûr à ouvrir le débat), et surtout d'hommages consacrés à des artistes et des littérateurs qui
m’avaient enthousiasmé.

Ce n’est bien sûr qu’un avis personnel que je vous serais reconnaissant de ne pas considérer comme une critique (précisément !), mais bien comme un souhait.

Je vous souhaite une bonne fin de journée et vous adresse mes amitiés.

Olivier

Le Chouan 16/06/2012 18:42



Cher Olivier,


Certes, mais je suis Français !


Adopter une posture anglo-saxonne n’aurait pour moi aucun sens. Ce serait aller contre ma nature. Alors oui, je critique – comme il m’arrive, avec la même sincérité, de m’enthousiasmer.


Je ne crois pas que je me « focalise sur les aspects négatifs et sur eux uniquement ». Je ne crois pas, surtout, que je tire sur « des ambulances ». Mes
cibles se portent très bien et les flèches que je décoche – si, même, elles les touchent – ne leur font sûrement pas grand mal !...


Il faut aussi faire la part de l’humour. Mais si mon humour vous semble du fiel, alors c’est raté.


Amitiés.



Nicolas1515 16/06/2012 15:37

Je m'inscris en faux concernant Lino. Que ca plaise ou non, çe monsieur a ce qu'on appelle une "gueule". Une gueule de "cador", de "cake", de "belmondo" (eh oui, dans certaines langues c'est devenu
un nom commun, je m'autorise donc le neologisme), et donc chez lui ca ne choque pas, à mes yeux, qu'il charge un peu trop la barque. Chez un autre ca ne passerait pas, chez lui, si. Lino me semble
être quelque part entre le premier et le second degre, donc plein de distance sur les choses... de nombreuse photos de Ralf Lauren himself sont du meme acabit me semble-t-il, et si on voulait
polémiquer, je dirais que ce style un peu "too much" va mieux à notre italien "bigger than life" qu'au vendeur de polos aux cheveux blancs.
Concernant la photo de l'autre monsieur, il est en effet ridicule et les vêtements qu'il porte accentuent son physique plutôt terne de vieux monsieur.

Le Chouan 16/06/2012 18:44



Soit. En tout cas, ce monsieur a un air très sympathique. La comparaison avec Belmondo est juste, c'est vrai.


Amitiés.



Surm 16/06/2012 13:49

Une chose est certaine, vous venez de leur tailler leur plus beau costume...

Bruno 16/06/2012 09:24

"L'’élégance ne se révèle qu’aux yeux des connaisseurs. Aux yeux du béotien, elle reste invisible." Voilà une magnifique sentence. Evidemment, le connaisseur aura soin de prétendre ne rien
remarquer, au risque de se voir irrémédiablement rejeté au rang des béotiens fascinés par le vulgaire. Voilà tout le paradoxe de l'élégance...

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories