Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 17:13

Jean d’Ormesson est à la mode. A en croire la couverture du Lire du mois d’octobre, il est très aimé des jeunes. Un gagnant de La Nouvelle Star a fait tatouer son nom sur son bras. Franz-Olivier Giesbert l’a récemment fait dialoguer, dans son émission Vous aurez le dernier mot, avec un rappeur.

A la mode, vraiment ? Il y a dans tout ce remue-ménage quelque chose d’artificiel : un écrivain octogénaire, si typiquement aristocrate, idole des jeunes ? J’ai peine à le croire. Si Jean d’Ormesson m’est éminemment sympathique, c’est parce qu’il incarne, justement, des valeurs  et des qualités dont je n’avais pas remarqué qu’elles étaient partagées par la majorité de nos cadets : la culture, la politesse, la distinction et, bien sûr, l’élégance.

 


Son élégance vestimentaire ne fait pas débat. Ses costumes sur mesure sont coupés dans de riches étoffes. Je l’ai vu récemment dans une magnifique veste grise au tissage voluptueux. Il aime le bleu, et le bleu lui rend bien. Il accorde ses chemises et cravates à la couleur de ses yeux. Le procédé est simple et l’effet est efficace. Notons sa fidélité jamais démentie à la cravate de tricot : c’est un peu le fil rouge de ses tenues - ou plutôt le fil bleu.

Ce classicisme de fond souffre de charmantes exceptions. Qui d’autre que lui aurait pu, sans tomber dans le ridicule, oser cette veste jaune :


 

Le ridicule n’est pas fou. Il sait que Jean d’Ormesson est un adversaire hors de sa portée. La bonne éducation est une potion magique qui vous préserve du ridicule toute votre vie. Heureux ceux qui, comme Jean, sont tombés dedans quand ils étaient petits ! Imaginez la situation : un photographe propose à un écrivain célèbre de 84 ans de poser allongé sur un canapé Louis XV. Vous vous dites qu’il serait bien téméraire d’accepter : il en va de sa réputation. Eh bien ! Jean d’Ormesson a relevé victorieusement - et très élégamment - le défi :


 

Jean d’Ormesson s’inscrit dans la lignée des hommes de lettres pour qui l’apparence a son importance. Il fut l’ami de Paul Morand. J’ai parlé de sa veste jaune. Paul Morand, lui, réussissait à être élégant en chemise de la même couleur :

 


Les cheveux blancs ont ce privilège d'autoriser les couleurs vives. Nos aînés, abonnés pour la plupart au marronnasse et au beigeasse, feraient bien de s'en souvenir.

Comme Paul Morand avant lui, Jean d’Ormesson aime les femmes, Venise et les voitures de sport. Car, pour cette espèce d’hommes, l’élégance ne se réduit pas au vestiaire. Elle est un principe de vie. Jean d’Ormesson a des manières élégantes. Je l’ai vu, lors d’une séance de dédicaces dans une grande surface, être également aimable avec tous, ne faire preuve d’aucune condescendance. C’est un honnête homme. Je serais ravi d’apprendre que les jeunes gens d’aujourd’hui ont fait de cet idéal classique leur mot d’ordre. Qu’on me permette toutefois de sérieusement en douter.

« Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables qui ont tous été remplacés. » : on connaît la formule de Clemenceau. Si l’on y réfléchit un instant, on conviendra qu’elle est assez inhumaine. Jean d’Ormesson est irremplaçable. Citez-moi un seul écrivain aussi raffiné et civilisé que lui. Cet homme est un chef-d’œuvre. 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

Geoffrey 21/01/2014 19:16

"la culture, la politesse, la distinction et, bien sûr, l’élégance." En effet, un vrai élégant, ce monsieur. Après une visite au Rwanda en 1995 (la date est d'importance), il a écrit un article où
l'on peut lire ses belles lignes dignes de Chateaubriand : "Ce sont des massacres grandioses dans des paysages sublimes". Alors, de la politesse sur un plateau, une belle cravate en laine, mais au
fond, il nous laisse apercevoir une infinie vulgarité.

sifran 29/11/2009 15:39


La formule de Clémenceau n'est pas inhumaine, elle nous contraint à ne pas oublier notre condition d'humains (trop humaine ?)
Il est piquant de constater que "Le Chouan" cite un Tigre à moustaches vendéen plutôt bleu sombre avec quelques rayures rouges délavé d'un goût incertain (non ?).
Á vous lire


Le Chouan 29/11/2009 19:00


La formule de Clemenceau nous rappelle - il est vrai - notre condition de mortels. Mais elle me semble faire peu de cas du caractère unique - donc irremplaçable - de chaque être humain.


Js 28/11/2009 14:44


A lire Le soufre et le moisi de François Dufay... sur l'écriture et l'élégance pour être écrivain de droite...
Mieux que d'Ormesson, il y a le respect des formes par Renaud Camus...


Chav 28/11/2009 13:44


Thierry Ardisson est un auteur elegant et raffine.


Olivier 28/11/2009 00:18


Très juste. Mais il faut aussi reconnaître que ce genre de canapé Louis XV "en confessionnal" est toujours flatteur.


Le Chouan 28/11/2009 18:32


On reconnaît à cette remarque "l'Amateur professionnel" !


DC 27/11/2009 20:59


Paul Morand ne fut pas élégant qu'en chemise jaune. L'uniforme d'Ambassadeur de France de 1940 à 1944 -une période qui en manquait pas de style...- lui allait aussi comme un gant...


Le Chouan 28/11/2009 18:41


Il porta l'uniforme d'ambassadeur (à partir de 43), des chemises jaunes... mais ne lui faisons pas porter la chemise brune !


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories