Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 07:16

La sortie prochaine du film de Spielberg inspiré des aventures de Tintin m'offre l'occasion de parler un peu des relations qu’Hergé entretenait avec l'élégance. Le vêtement masculin tel qu'il apparaît dans les aventures elles-mêmes fera l'objet (peut-être...) d'un autre billet.

Hergé n'était pas beau. Son nez était trop grand, son visage trop allongé. Il avait quelque chose d’ingrat qui, jeune, le faisait ressembler à un coureur (belge, bien sûr...) du tour de France ! Ce qu'il avait de mieux, c'était ses yeux gris, aux reflets tantôt verts, tantôt bleus. Il y avait aussi sa silhouette longiligne, qui lui donnait une certaine allure. Toute sa vie, il fit attention à sa ligne. A la fin, sous l'effet de la maladie, la minceur devint maigreur. Les portraits d'alors provoquent un malaise : l'inéluctable est là, que des vêtements trop larges révèlent d'autant mieux qu'ils voudraient le dissimuler.

Hergé prêta, nous dit son biographe Benoît Peeters, « une éternelle attention aux vêtements (1). » L'origine de cette préoccupation remonte à son enfance : son père était l'employé d'un atelier de confection spécialisé dans les vêtements pour garçonnets et jeunes gens ; sa mère exerça jusqu'à son mariage la profession d'ouvrière tailleuse. C'est elle qui lui confectionna ses premiers costumes. Grâce à elle, il pouvait porter beau. Son élégance frappa dès leur première rencontre Germaine Kieckens, sa future femme, ou Paul Jamin, son assistant au Petit vingtième, le journal qui allait permettre à Hergé de se faire un nom... ou plutôt un pseudonyme.

Sur les photos de sa jeunesse, on le voit prendre des poses avantageuses, qui ont l'air empruntées à des vedettes de cinéma, succomber à des naïvetés de débutant.

 

herge-et-son-frere.jpgHergé et son frère (Phot. Denise et Georges Remi)

 

herge-et-sa-femme.jpgHergé et sa femme Germaine au milieu des années 30 (coll. part.)

 

Mais, très vite, il adopte un style discret, classique, reflet fidèle de ses idées conservatrices. Pierre Assouline, un autre de ses biographes, précise : « Pour ce qui est de l'élégance, ses collaboratrices évoquent sa netteté, son chic et son allure sportive (2). »

 

herge-et-raymond-leblanc.jpgHergé et Raymond Leblanc. Photo Kayaert

 

herge-et-sa-femme-nov-1959.jpgHergé et sa femme, novembre 59 (Phot. Denise et Georges Remi)

 

Il ne fut cependant pas toujours indifférent à la mode. Il arbore dans les années 7O une coiffure dans le vent - cheveux plus longs recouvrant le haut des oreilles, mèche tombant artistiquement sur le front. La mise se décontracte, à l'image de celle de son héros qui, en 1977, dans Tintin et les Picaros, troque son célèbre pantalon de golf contre un vulgaire jean marron.

 

herge-juin-82-def.jpgHergé, juin 82 (Bernard Charlun, Gamma)

 

Hergé est arrivé alors au terme d'une lente et douloureuse évolution qui l'a amené à se détacher de tout ce qui n'était pas lui. Il a pris ses distances avec le catholicisme de sa jeunesse. Sa quête l'a conduit à s'intéresser, à partir de 1958, au taoïsme. Après bien des hésitations et des scrupules, il a quitté Germaine pour Fanny Vlamynck, de vingt-sept ans sa cadette, qu'il va finir par épouser en 1977. La palette de ses goûts s'est élargie. Il s'est initié à l'art contemporain sous l'influence de son tailleur, M. Van Geluwe, collectionneur d'oeuvres de ce genre. Les audaces de style du Hergé dernière manière témoignent de cette évolution. Audaces somme toute très limitées et parfaitement maîtrisées. Quand, en 1977, le festival d'Angoulême lui rend hommage, il ne renonce pas au costume-cravate. Au milieu des « bullistes »chevelus et mal nippés, sûr qu'il devait heureusement détonner !

S’il évolua, il ne se renia jamais. Ainsi aida-t-il du mieux qu’il le put ses amis journalistes qui, pour avoir « collaboré » avec lui au Soir de Bruxelles pendant la guerre, eurent maille à partir avec la justice.

Le goût d'Hergé pour les belles choses ne se limitait pas aux vêtements. Il aimait aussi, et notamment, les belles voitures. Il adorait la vitesse. « Ses voitures avaient longtemps été des sportives, nous dit Peeters, à la limite de la catégorie bolides. Il aimait conduire très vite, parfois sur des anneaux ou des pistes de performance. » Il a dessiné dans Tintin au pays de l'or noir la Lancia Aprilia à bord de laquelle il aurait quelques années plus tard un grave accident qui laisserait Germaine boiteuse à vie.

 

LanciaAprilia.jpgLancia Aprilia ( Source : La voiture dans le monde de Tintin)

 

Il roule en Porsche, en Mercedes...

 

porsche-1600.jpgUne Porsche 1600, telle celle possédée par Hergé  à la fin des années 50 (Lux Carsch)

 

Homme mûr, il se voit bien mener, dans sa vaste propriété de Céroux-Mousty, la vie d'un gentleman-farmer. Le Hergé d'alors, c'est un peu le Haddock qui, au début de L'affaire Tournesol, se promène, élégamment vêtu, dans la campagne entourant Moulinsart. Rêve de beauté et d'art de vivre...

Toute sa vie, Hergé eut le souci de la tenue, ce mot compris dans tous les sens. Souci né de la rencontre d’une éducation et d’un tempérament. « On ne naît pas impunément dans une famille liée au vêtement », écrit Peeters. J’ajoute qu’on ne naît pas non plus impunément dans une famille catholique ! « Rien ne le met en rage comme la désinvolture, dit Assouline. Plus qu’un crime contre l’esprit, elle est une faute de goût. Elle ne révèle pas seulement l’absence d’éducation, mais surtout le mépris des autres. » Difficile de distinguer ce qui, dans cette haine de la désinvolture et du laisser-aller, revient à l’éducation ou à la personnalité. La vulgarité sous toutes ses formes lui répugne. En 1932, un rappel militaire le sépare deux semaines de sa femme. Dans une lettre qu’il lui adresse, on peut lire ceci à propos des officiers : « La vie qu’ils mènent en commun leur enlève toute délicatesse, tout vernis. » Horreurs de la promiscuité…

Au sens le plus profond, Hergé était un homme d’ordre. Il lui fallait en toute chose – de la plus importante jusqu’à, apparemment, la plus dérisoire – introduire de la cohérence. Ses choix politiques, artistiques et, même, vestimentaires en portent témoignage. Son itinéraire spirituel aussi : découvrant qu’il n’avait jamais eu la foi, il se tourna vers d’autres formes de spiritualité, ne se résolvant pas à l’idée – moderne – d’un monde absurde. Dans l'œuvre univers d'Hergé (le concept est de Nimier), tout tourne rond, tout a du sens.

Les fragilités psychologiques et nerveuses d'Hergé sont connues. Sa rigueur, son exigence, son perfectionnisme le protégeaient de la menace, constante, du chaos. « Il n’avait pas la vocation du bonheur… Il y avait toujours quelque chose qui s’y mêlait… l’inquiétude… l’inquiétude… », écrit Peeters. L’effort créateur a sauvé Hergé du néant – de ce « rêve de blanc » qui, au moment de Tintin au Tibet, faillit venir à bout des défenses que, patiemment, il avait érigées pour contenir ses démons intérieurs. Le bonheur ? Un idéal pour Séraphin Lampion ! Hergé, c’était Sisyphe créateur. Un Sisyphe qu’il ne faut surtout pas imaginer heureux.

__________________________________________________________________________________
1. Benoît Peeters, Hergé, fils de Tintin, Flammarion, 2002. 

2. Pierre Assouline, Hergé, biographie, Plon, 1996.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

Bertrand 13/07/2017 07:58

- « … la Lancia Aprilia au bord de laquelle… » ? Non : à bord de laquelle.
- « il devait heureusement dénoter » : non, DÉTONNER.
Merci pour cet article. Bien à vous.

Dona 06/11/2011 10:06


Merveilleux article !


Toukandèle 25/09/2011 15:25


Cher Chouan,
Encore cet intérêt commun : aux âges de 9 à 12 ans environ j'ai acquis l'ensemble des albums de Tintin disponibles, au prix de sacrifices financiers incommensurables (8 francs français environ
l'album Casterman à l'époque...)
Une certitude : l'élégant trait d'Hergé pour les vêtements, voitures, maisons, mobilier, etc, a contribué à former mon sens du (bon) goût.
De l'imperméable khaki-mastic et richelieues bergeronnette, du caban de haddock au col cassé de Tournesol en passant par les melons des Dupon(d)t et en comptant les tenues adaptées de Tintin selon
les pays visités, il y apparaissait une culture sartoriale voulue et affichée.
Le vêtement remplissait encore sa fonction représentative, sociale ou utilitaire : les militaires, les colons de Hong Kong, mandarins chinois, bédouins, policiers japonais ou gangsters de Chicago
sont identifiables.
Curieusement c'est peut être ce souhait inconscient que revêt la mode actuelle du "vintage", en référence à de la qualité mais aussi cette identification facilitée, après 40 ans d'errance
unificatrice.


Le Chouan 25/09/2011 18:21



Cher Toukandèle,


Mais c'est vous qui devriez étudier le vestiaire masculin dans Tintin !


Amitiés.



Orgel 22/09/2011 14:25


Cher conservateur éclairé,
Une amitié peut-elle être inélégante?

A rendre visite à ce blog régulièrement, et à y croiser des noms familiers sans pour autant pouvoir y associer des visages, me revient le mot de Bonnard : les vrais amis sont les solitaires
ensemble.


Un conservateur éclairé 22/09/2011 11:02


Saperlipopette !!!!!

Amitiés élégantes


Philippe Booch 20/09/2011 22:28


Chouette article.
C'est étrange ces artistes qui s'habillaient comme des bourgeois, ce serait très mal vu de nos jours...


Julien Scavini 20/09/2011 18:22


Captivant les articles depuis la rentrée!


Isaac 19/09/2011 07:53


Une note absolument ébouriffante ! Passionnant, bravo.


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories