Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 19:45

Disons les choses : je n’ai jamais cru que Jean-Marie Le Pen représentait un danger pour la démocratie ni qu’il pouvait être élu contre Jacques Chirac au second tour de la présidentielle de 2002. En cela, je suis d’accord avec Lionel Jospin et Arlette Laguiller. Cette absence de prévention – cette lucidité – me rend très libre pour aborder mon sujet, que m’a inspiré ce commentaire de Grégory Vial (« De l’élégance et de l’allure ») : «  Je pense qu’il y a un homme politique qui allie allure et élégance. Cela ne va pas faire plaisir à tout le monde, mais il s’agit de Jean-Marie Le Pen. Si, si, réfléchissez. »

Ouvrons donc le vestiaire de « la bête ».

Jean-Marie Le Pen a longtemps été mal habillé : costumes masquant mal sa surcharge pondérale, pantalons trop bas – posés sur les hanches -, cravates peu inspirées :

 

Jean-Marie-le-pen-vieux-cos.jpgPhoto 1

 

Son mariage avec Jany, sa seconde épouse, a changé la donne. C’est elle, dit-on, qui le conseille. Ainsi fait-il comme la plupart des hommes : il se laisse habiller par sa moitié ! Depuis, en tout cas, la garde-robe de Jean-Marie Le Pen est pensée, lisible, cohérente.

Dans les manifestations officielles (meetings, prestations télévisées), il a opté pour le costume croisé, plus flatteur pour sa ligne et lui donnant cet air de respectabilité bourgeoise à laquelle il aspire : un bon choix. Son tailleur (niçois, je crois) travaille bien. La largeur, très années 30, des revers signe un style. La couleur du costume varie selon les circonstances et selon les saisons : un deuxième bon point. Sous la veste, on trouve d’invariables chemises blanches à col dit « français » : on n’attendait pas autre chose du chef d’un parti nationaliste ! Les cravates sont choisies avec soin. Peu de cravates à motifs. Essentiellement, des cravates club à rayures très contrastées (rayures sombres alternant avec des rayures claires) ou des cravates unies à couleurs « flashy » : orange, jaune, et même rose… Un goût féminin est ici, on le sent, à l’œuvre – le goût de Jany ou, pourquoi pas, celui de Jean-Marie lui-même qui, dans une autre vie – il en fit l’aveu un jour -, aurait aimé être danseur ! Notons, enfin, la pochette. Jean-Marie Le Pen est le seul homme politique à l’oser. Un troisième bon point.

Cette photo illustre assez bien tout ce que je viens de dire :

 

Photo 2 

 

Dans les occasions moins officielles, la mise se décontracte : le costume croisé est remplacé par un costume droit porté déboutonné, ou par une tenue coordonnée (pouvant être agrémentée d’une cravate en tricot de soie : un quatrième bon point), ou encore par une combinaison blouson de daim – chino :

 

Photo 3

Photo 4

 

Photo 5


La recherche – voire la coquetterie – est visible et nous avons signalé les initiatives qui méritaient de l’être. Cela dit, doit-on conclure à l’élégance de Jean-Marie Le Pen ? Je n’aime guère, pour ma part, les cravates brillantes aux couleurs très vives. Je reconnais néanmoins qu’elles siéent mieux  à un homme au chef (au « pen », dit le chouan !) blanchi qu’à un jouvenceau. Et puis, elles sont là pour adoucir l’image… Le pli du chino me gêne, comme le port d’une ceinture apparemment noire avec des chaussures marron (photo 5). Certains défauts sont récurrents : le col des vestes pose mal (photo 2), Jean-Marie Le Pen  « emportant, comme disent les tailleurs, beaucoup de dos », et les épaules peuvent manquer de netteté (photo 4). Que dire, enfin, de la pochette assortie à la cravate, comme c’est le cas sur cette photo – c’est la faute impardonnable :


Photo 6

 

Quant à l’allure, Jean-Marie Le Pen en a peu : certes grand, mais trop épais, voûté et la tête « en dedans ».

Si, néanmoins, nous devions comparer Jean-Marie Le Pen  aux autres hommes politiques, il ne fait pas de doute qu’il serait, sur le chapitre de l’élégance, très bien placé. Rendons-lui au moins cet hommage à la veille de son retrait de la scène politique. Mais cela n’en dit-il pas plus long sur l’inélégance des hommes politiques en général que sur l’élégance de Jean-Marie Le Pen  en particulier ? Au royaume des aveugles, le borgne est roi !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

Grégory Vial 09/01/2010 22:05


Très belle analyse précise des différentes tenues vestimentaires de monsieur Le Pen. Il lui manque, en effet un peu d'allure; en revanche il est vrai qu'il réalise des efforts certains en matière
d'élégance. Il me rappelle cet autre chef d'extrême droite lui aussi plutôt élégant, le dirigeant du parti nationaliste batave Pim Fortuyn.
Très belle et juste conclusion qui se termine en clin d'oeil...


Muskar 30/12/2009 13:46


Tout a fait d'accord sur une certaine élégance vestimentaire de M. Le Pen, mais s'il a incontestablement de la présence, je ne trouve pas qu'il ait beaucoup d'allure. Ce terme "allure" est
d'ailleurs assez mal defini : je le rapproche plutôt de la distinction, mais peut-être suis-je trop restrictif.


Le Chouan 30/12/2009 22:52



Pas facile, en effet, de cerner la notion d'allure. J'ai commencé à le faire dans "De l'élégance et de l'allure".
Quant à savoir en quoi allure et distinction... se distinguent !... Gide, en tout cas, ne nous aide pas à y voir plus clair, qui a pu écrire : "La distinction de son allure" !
(Référence tirée du Robert)



Adrien V des M 29/12/2009 01:44


Pour ma part - et en guise de premier commentaire sur ce blog remarquable - je ne me perdrai pas dans des affirmations tranchées et légères sur un personnage qui influence grandement la vie
politique française depuis de nombreuses années. Non, je ne caricaturerai pas un homme politique de convictions.
Monsieur Le Pen a le mérite de soigner sa mise, d'oser poter des pochettes, ce qui est selon moi une marque de respect envers lui-même et envers ses électeurs. Ceci dit, Monsieur Le Pen est loin du
dandy, ce qui est tout à fait cohérent avec le monde politique que nous connaissons. Dans notre régime où les politiques doivent se faire élire par la masse, il ne serait pas imaginable qu'ils s'en
éloignassent par une mise trop recherchée ; l'électeur moyen - on peut le regretter - ne fait pas la différence entre le blazer et la veste de costume, alors l'homme politique (moyen lui aussi) se
fout comme de l'Alcoran des codes vestimentaires, à votre grand regret. Mais n'avons-nous pas les représentants que nous méritons..?


Le Chouan 29/12/2009 09:57



Baudelaire à propos des dandys : "(...) hélas ! la marée montante de la démocratie, qui envahit tout et qui nivelle tout, noie jour à jour ces derniers représentants de l'orgueil humain et
verse des flots d'oubli sur les traces de ces prodigieux myrmidons."



Tahozen 28/12/2009 20:39


L’abbé Pierre ? un dandy ; l’élégance de mère Térésa, un must ; Ah ! les merveilleux nœuds papillon de Gandhi ! Plus inoubliable encore : Frère Roger et ses costumes trois pièces !
Et c’est vrai, d’Annunzio, René Bousquet, les chefs d’état africain - la liste reste ouverte - : des pauvrets de l’élégance, habillés comme des as de pique : aucune recherche, aucun goût, des
butors, des butors, des butors !
Un rappel essentiel : le monde est blanc ou noir ; les méchants sont, c’est mathématique, laids, sales et mal habillés –normal : ce sont des méchants ! d’où inélégance du cœur et tout ce qui
s’ensuit ! Les bons, beaux, propres et bien mis –normal : ce sont des bons d’où élégance du cœur et tout le bastringue !
Bref, Pierre, ton monde, c’est Disneyland !


Le Chouan 29/12/2009 09:53



Pierre Drieu La Rochelle et Louis Aragon comptaient parmi les écrivains les plus élégants de l'entre-deux-guerre. L'un finira par collaborer avec les nazis; l'autre sera stalinien.
Les deux, d'ailleurs, étaient amis. Dans le livre qu'elle a consacré à Drieu, Dominique Desanti (elle-même communiste) écrit : "Pierre (Drieu La Rochelle) et Louis (Aragon) admirent chacun
dans l'autre ce qu'ils aiment en eux-mêmes : l'élégance désinvolte, le dandysme insolent." (Drieu La Rochelle ou le séducteur mystifié)



Olivier 28/12/2009 19:02


Merci d'avoir explicité mes propos par cette citation. Du coup, je regrette mon orthographe fautive de "Charly". :)

Pierre, je me suis posé la même question. Tant il est vrai qu'il est difficile de séparer le fond de la forme, parfois. "Populisme et élégance"... difficile de donner dans les deux à la fois. Et
difficile de se concentrer sur le vêtement en oubliant totalement qui le porte.


pierre 28/12/2009 18:20


Un homme affichant de telles idées avec une telle constance peut-il mériter le qualificatif d'"élégant"?! La première des élégances n'est-elle pas l'élégance du coeur?!


Julien Scavini 28/12/2009 13:10


Ah pour ma part, je trouve que M. Fillon a prouvé à maintes reprises un goût pour le bien vêtu... Outre qu'il s'habille chez le tailleur Arnys (côté grande mesure, à l'instar de M. Berger), il
effectue souvent un choix de cravate du meilleur style anglais... Sa femme peut-être aussi l'aide-t-elle? Mais c'est une élégance le plus souvent discrète.


Olivier 27/12/2009 23:32


Tout comme Marie, j'aime la conclusion qui résume parfaitement la question.

Pour le reste, effectivement, on ne peut nier qu'il y a de la "recherche". Mais justement, cette recherche est (trop) évidente ; d'un genre m'as-tu-vu, terriblement parvenu. Outre le choix des
cravates, que je trouve contestable, j'adhère encore moins à celui des pochettes. (Mais bon, je dois confesser que je ne porte quasiment jamais d'autre pochette que blanche.) Bref, M. Le Pen
incarne pour moi l'archétype du charly à la française, tel que le définit ce cher James Darwen.

Enfin, si je devais citer un exemple d'homme politique français correctement vêtu, je suppose que le premier - et le seul peut-être - nom qui me viendrait à l'esprit est Balladur.


Le Chouan 27/12/2009 23:50



Pour les non-initiés : "Troggie : littéralement, habitant des cavernes. Plouc. Ceux qui ne comprennent rien à rien au style ni à l'élégance mais qui, dans leur prétention snobinarde,
pensent que les couleurs vives, étiquettes voyantes et modes éphémères peuvent en être le substitut. Charlie : utilisé pour tous ceux qui tentent une imitation bon marché du vrai style...
Des gens qui s'étalent. A la différence des troggies, ils savent que le style existe, mais comprennent tout de travers." James Darwen, Le Chic anglais.



Julien Scavini 27/12/2009 21:10


Il est vrai que porté par l'antipathie générale qu'il suscite, je n'avais point prêter attention à ce fait: Jean Marie Le Pen, de tout nos hommes politiques, sait se vêtir, ou donc, se faire vêtir,
dans un respect, au moins dans les grandes lignes, des traditions. Rien que la pochette effectivement le met au dessus du commun.

J'attire d'ailleurs votre attention Chouan sur un article du Gala de cette semaine me semble t il sur l'élégance de nos hommes politiques dans lequel on trouve pèle mêle Besancenot, Copé ou
Moscovici ... tout un programme, aussi peu folichons d'ailleurs que le leurs...


Marie 27/12/2009 20:52


J'adore la conclusion, elle est bien trouvée. Bravo.


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories