Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 07:00

La Parisienne est à la Une. A-t-elle jamais cessé de l’être ? Réjouissons-nous qu’un mythe français tienne bon sur son socle. Il y a eu, à l’automne 2010, le livre que lui a consacré Inès de la Fressange (La Parisienne, Flammarion). Il y a en ce moment, et jusqu’au 26 avril, la garde-robe et l’appartement mis en scène par les Galeries Lafayette qui lui rendent hommage. Et qui les responsables ont-ils choisi pour être l'ambassadrice de l'événement ? Inès de la Fressange, bien sûr ! Avec elle, ils font d’une pierre deux coups : elle connaît parfaitement son sujet et elle l’incarne à merveille. L’occasion lui a ainsi été donnée de parler de la Parisienne – et d’elle, par voie de conséquence – dans de multiples interviews.


Ines-de-la-Fressange_.jpg

 

Je l’ai regardée (à la folie), écoutée (beaucoup), lue (un peu). Et je me suis dit que la Parisienne et l’homme élégant (… sinon, hélas ! Inès et le chouan !) étaient très proches l'un de l'autre.

- La Parisienne a du chic et du chien. Laissons-lui le chien et chipons-lui son chic – ce quelque chose d’indéfinissable qu’on remarque et qu’on envie –,  « une affaire d’esprit et d’allure plutôt que de beauté, d’âge ou de garde-robe », dit Inès de la Fressange.

- La Parisienne aime la légèreté. « Elle peut avoir 65 ans, avoir tout vu, mais elle garde un peu de frivolité pour dire des bêtises avec ses copines », dit encore notre icône. Essentiel, la légèreté : elle est mon centre de gravité. La lourdeur n’est pas la profondeur. La légèreté n’est pas la superficialité. Un homme élégant sait parler avec esprit du temps qu’il fait. Rien, en lui, qui pèse ou qui pose.


la-parisienne.jpgLa parisienne vue par Philippe Booch

 

- Question style, la recette de la Parisienne est simple : « Mélanger le cher et le pas cher, le neuf et l’ancien » - c’est encore Inès qui parle. Tellement simple que personne n’y pense… sauf notre Parisienne et l’homme élégant !

- Le goût, selon la Parisienne, ne se confond surtout pas avec le bon goût bourgeois, fait de conformisme satisfait – « les meubles en teck dans le jardin avec de grands parasols blancs (…), l’énorme 4X4 alors qu’on n’est pas à la montagne (…), les signes extérieurs de milieu social comme le short beige pour les hommes avec les chaussures bateau. » Bien vu, Inès ! L’homme élégant s’est fait sa propre échelle de valeurs qui va du non goût au goût en passant par le mauvais goût, le petit goût et le bon goût. Il peut bien déroger aux codes : puisqu’il les connaît, il ne dérogera jamais au goût.

- La Parisienne est naturelle. Ici, je laisse la parole au couturier d’origine australienne Martin Grant : « En arrivant à Paris, j’ai été frappé par le chic sans effort des citadines, comparé au look travaillé des Anglaises et des Américaines. » Il ajoute : « La Parisienne paraît naturellement charmante, pétillante, même si elle a fait un brushing pendant des heures pour donner l’impression de juste sortir du lit et s’est maquillée savamment pour un résultat "nude". » Le naturel est la pire des poses, disait à peu près Oscar Wilde. Et la pose est le meilleur moyen d’avoir l’air naturel. Les grands artistes sont bien élevés : ils ne présentent jamais une œuvre sans avoir pris soin d’en essuyer la sueur. Danser a l’air facile quand le danseur s’appelle Fred Astaire. Pourtant, de combien d’heures de labeur se paie un tel miracle ? Une lutte d'arrache-pied. De même, son élégance naturelle était-elle le résultat d’un art. Patient, obstiné. Fred Astaire ? Une Parisienne, évidemment !


fred-astaire-danse.jpg

 

- La Parisienne n’en fait jamais trop. Par exemple, les hauts talons ou le short, mais surtout pas les deux. Son sens de la mesure est finalement très classique. L’audace pour l’audace, ce n’est pas son truc : trop facile ! Comme l’homme élégant, qui sait faire bouger les codes en toute connaissance de cause.

- La Parisienne ose être elle-même. « Je n’ai jamais essayé de prétendre que j’étais comme tout le monde », dit Inès de la Fressange. Copier, c’est au mieux – pour qui a su choisir son modèle – la promesse d’être bien mis. L’homme élégant, lui, finit par ne plus imiter personne – sinon lui-même. Parce qu’il a trouvé son style. « Il faut être quelqu’un pour paraître quelqu’un » : j’aime bien cette maxime de Beethoven. Sans personnalité, point d'élégance. Michael Alden parle de son côté de "présence élégante" (cf. For The Discerning few) : la formule est heureuse.

Oui, j’aime la Parisienne. Elle me fait rêver. J’aime aussi la Parigote. Elle me fait rire. Mais quand la première joue à la seconde, alors là, non, je n’aime plus. N'est-ce pas, Inès ? Tous les snobismes m’exaspèrent.

Mais des subtilités échappent sûrement à l'indécrottable provincial que je suis. Et s’il est toujours vrai que, comme l'affirmait Balzac, l’élégance ne se trouve qu’à Paris, il est temps que je me taise (1).

__________________________________________________________________________________
1. Les citations qui émaillent ce billet sont extraites de différentes interviews données récemment par Inès de la Fressange, notamment au Monde et à L'Express.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

Philippe Booch 21/04/2011 22:24


La dame fait valoir des principes sûr et de bon aloi, qui ne sont pas inutiles. D'autant que les beaux jours reviennent, avec leur lot d'horreurs.
Il est assurément plus agréable de la lire que de l'entendre la chère Inès. Sa diction traînante de l'ouest parisien, agrémentée de "han" insupportables (bonjour han, c'est Inès Han, c'est hyper
chouette j'veux dire han), ont du mal à me faire apprécier son discours pourtant pétri de bon sens.
Paolo Roversi l'a photographiée magnifiquement, et ça, ça suffit à me la faire aimer énormément :
http://next.liberation.fr/mode/01012297848-ines-de-la-fressange-mon-portrait-chinois-de-la-parisienne


Guillaume 21/04/2011 11:43


Cher Chouan, il faudra un jour que vous nous racontiez quel traumatisme vous a à jamais dégoûté des "docksides"!


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories