Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 07:35

« La cravate Hermès fait partie du petit nombre d’exclusivités considérées par tout le monde comme signe de bon goût », écrit Bernard Roetzel dans L’Eternel masculin. Le succès  planétaire d’un produit de luxe français ne peut que nous réjouir. Pourtant…

Parce qu’on connaît votre goût de la belle cravate, on vous a peut-être offert – comme à moi – des cravates Hermès. Vous a-t-on fait plaisir ? Moi, j’ai dit « merci » aux personnes qui me les ont offertes et je les ai portées en leur présence. Par politesse.

D’où viennent donc mes réserves ?

Des motifs, d’abord, qui infirment quelquefois le jugement de « bon goût » prononcé par Roetzel. La fantaisie est une composante de l’esprit français. Elle inspire – ça saute aux yeux – les dessinateurs de Hermès. Mais la fantaisie est fragile. Le mauvais goût la menace constamment et les dessinateurs de Hermès n’évitent pas toujours ce danger. Ce qui passera encore pour de la fantaisie pour un étranger (… un Allemand comme Roetzel par exemple) sera déjà jugé vulgaire par un Français.

Allez visiter le site de la marque. L’esprit de fantaisie y règne en maître. Rien, dans la présentation, n’évoque le luxe. Les illustrations sont traitées dans le genre « dessins d’humour ». Avec certains modèles, on peut voir, comme c’est écrit, « la cravate sur une chemise ».

 

cravate-hermes.gif

 

Le résultat se passe de commentaire.... 

Les couleurs me laissent souvent dubitatif. Je les trouve rarement « belles ». Mais mon jugement comporte une part de subjectivité si grande que je m’épuiserais à essayer de le justifier. Je n’insisterai donc pas davantage sur ce point et passerai au suivant, d’ailleurs plus décisif.

La cravate Hermès ne fait pas un beau nœud. Je parle de celle en twill de soie – la plus connue et la plus diffusée – et pas de celle en soie lourde dont on ne m’a jamais fait cadeau. J’ai eu beau potasser mon Villarosa (1), je ne suis jamais parvenu à un résultat satisfaisant. Son étroitesse sous le nœud ne permet pas de façonner les deux fronces que j’aime tant. Une fronce, c’est possible, mais il faut se préparer à la voir rapidement disparaître : la soie Hermès (très belle en soi) est glissante ! Le nœud s’écroule vite – défaut rédhibitoire.

Pour ses aficionados (des cadres, des assureurs, des agents immobiliers…), les cravates Hermès sont une garantie d’élégance. Quant à moi, j’ai déposé dans leurs jolis cercueils orange ces témoignages de l’affection de mes proches. Mes cravates Hermès ont rejoint mon cimetière des cadeaux immettables – l’étagère la moins accessible de ma garde-robe. Qu’elles y reposent en paix !

_____________________________________________________________________________________________
1 – Les 188 façons de nouer sa cravate, Davide Mosconi, Riccardo Villarosa, Flammarion.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Marques
commenter cet article

commentaires

cravates grenadine 11/09/2017 17:48

Pour ma part, je préfère la cravate grenadine. Elle permet un nouage parfait !

Jean-Yves 22/02/2017 05:33

Merci pour cet article. Je n'ai jamais compris cet engouement pour les cravates Hermès – je comprends pourquoi, et je comprends que c'est en fait juste un symbole, sans doute même juste un nom connu.

J'achète mes cravates dans les petits boutiques italiennes de costumes, pour 10 ou 20 euros max. De belles cravates en soie tissée, lourde et épaisse, qui tombe toujours bien et ne se froisse pas. Je n'ai jamais retrouvé cette qualité parmi les grandes marques des grandes magasins. Et celles que j'ai achetées il y a 17 ans sont encore comme neuves.

Rienzi 02/08/2016 16:43

Bonjour,

Pour ma part, je considère que les cravates Hermès sont un signe de bon goût et de reconnaissance sociale.

C'est un vrai plaisir que de pouvoir en arborer une.

Bien à vous.

Rienzi 02/08/2016 16:42

Bonjour,

Pour ma part, je considère que les cravate Hermès sont un signe de bon goût et de reconnaissance sociale.

C'est un vrai plaisir que de pouvoir en arborer une.

Bien à vous.

François 28/10/2010 15:36


Je reviens à la charge pour savoir si vous ne feriez la faveur d'une photo de vos nœuds de cravate, car je serais curieux de voir leur forme et leur taille.


François 28/10/2010 15:32


Je me réjouis vivement de vous voir une fois de plus plus tourner le dos aux sentiers battus sans que ce parti pris soit l'effet d'un esprit de contradiction de mauvais aloi.
Je rejoins donc cette fronde contre la tyrannie d'Hermès.
Je tempérerais en avouant que je reconnais parfois aux créateurs un goût heureux pour les couleurs, et aux dessinateurs un don certain pour les motifs. Parfois seulement, hélas.
Car dans la majorité des cas, je trouve également que les motifs ne valent guère qu'on s'y arrête et que les couleurs sont criardes.
Au surplus, si je regrette que l'épaisseur des cravates ne soit pas suffisante, je déplore aussi la tendance qu'elles ont à se bomber. Ce manque de tenue caractérisé est à mon sens un grief de
plus.
Je manifesterai enfin ma surprise devant la faveur dont jouit Marinella, dont beaucoup d'ignorant portent la cravate neuf plis au pinacle. Ceux-là, s'ils en avaient au moins une, sauraient qu'au
rebours des cravates Hermès, le noeud est toujours trop gros et pénible à nouer.

Comme toujours, merci,
François


thrd 20/10/2010 11:43


En même temps, Christophe de Margerie n'a pas un physique très...facile.
Après avoir regardé quelques photos de plus près je pense qu'il est possible
1) de porter le tab collar mieux que M. Margerie,
2) de nouer une cravate Hermès mieux que M. Margerie
3) de choisir des motifs et des couleurs mieux que M. Margerie.

Je m'éloigne donc un peu de l'avis de Harold sur le personnage, mais reste fondamentalement d'accord avec lui sur le fond. Si j'ai des photos à transmettre pour illustrer mon propos, je le ferais
volontiers

thrd


thrd 19/10/2010 10:44


Completement d'accord avec Harold.

Encore fauti-il choisir les bons motifs et les bonnes couleurs.
Et la finesse de la soie peut permettre des noeuds fins mais élégants ; un peu Prince Charles dans le genre.

Peut-être un conseil à ceux pour qui le noeud est un soucis sur ces cravates : une chemise avec un tab collar. Le col anglais et la cravate Hermès se rendent d'ailleurs mutuellement service car ce
dernier n'est pas forcément très maniable sur des soies plus épaisses

Thrd


Le Chouan 19/10/2010 19:50



Harold - courageux (téméraire ?) défenseur de la cravate Hermès - cite Christophe de Margerie comme "exemple de personne employant correctement" ce type de cravate. J'y
suis allé voir. A noter que Margerie porte toujours sa Hermès avec un tab collar, ce qui semble vous donner raison.  Ce genre de col sied peut- être à la cravate, mais pas du tout à
Margerie, qui a un cou énorme !



Nicolas 18/10/2010 20:41


Pour ma part je ne trouve rien de joli, seyant, élégant aux cravates Hermés ( bien que j'apprécie beaucoup d'autres choses de cette marque respectable).
Amitiés

Nicolas


memento mouloud 18/10/2010 14:19


"Son étroitesse sous le nœud ne permet pas de façonner les deux fronces que j’aime tant"

Etrange mélancolie


franck 17/10/2010 20:16


chouan,

vous tapez juste une nouvelle fois.
si vous vous rendez dans les friperies ou dépôts ventes de votre quartier, immanquablement vous trouverez un lot de cravates hermes neuves ou presque, trônant dans leur écrin orangé, récemment
abandonnées par leur propriétaire insastisfait.
je n'ai de conseil à donner à personne, mais si vous me l'autorisez, j'invite tous les aficionados de la cravate hermes à s'y rendre pour se faire plaisir à moindre coût, et les autres à y déposer
les leurs. avec le petit pécule qu'ils obtiendront, ils pourront toujours faire un petit cadeau en retour à ceux qui ont tenté maladroitement de leur faire plaisir.

franck


Forthediscerningfew 17/10/2010 16:25


Billet pertinent. L'équipe de For The Discerning Few est de votre avis.

Toutefois, il est à noter qu'Hermès a lancé depuis peu une nouvelle ligne de cravates, moins larges et un peu plus sobres.

Bonne continuation.


GiorgioFilippo 16/10/2010 21:12


Mais rendons quand même honneur à Hérmes (que pour les Grecs anciens étais "trismegistos", soit trois fois grand...). Cette belle et grande maison, honneur de la France, estle chéri de nos dames,
et l'offrande d'un foulard assorti d'un bouquet de fleur est toujours un grand moment d'émotion.


GiorgioFilippo 16/10/2010 20:38


Je partage l'avis de notre ami Le Chouan sur les cravates Hermés en twill de soie, si fines et minces qui me font l'effet de celles qu'on trouve dans les boutiques pour
cadres-pressés-ayant-taché-la-leur-avant-un-rdv ! Cela m'a jusqu'à ce moment empeché de m'en offrir. Mais j'avoue d'etre tenté par celles en soie lourde...
Pour parler de cravates, sujet légèr et inépuisable, voici quelques éléments de mon crédo :
- au bucher celles de Burberry à motif doublure et celles avec le logo Vuitton,
- oui aux cravates en laine avec une belle flanelle grise en hiver,
- oui à la cravate tricotée,
- NON NON NON à la cravate noire, sauf si obligation proféssionnelle ou enterrement.
Pour finir, sachant qu'une paire de chaussettes digne de ce nom (Figaret, Hackett ou Gammarelli) coute environ 20 euros, quel est à votre avis, vous ami Chouan et vous tous amis du Chouan, le
"juste prix" d'une cravate ? Comme disait Jonh Ruskin : "Il n'est pas sage de payer trop cher, mais payer trop peux est pire. Si on paye trop, on perd de l'argent et c'est tout. Mais si on paye
trop peux on est obligé de prévoir des frais supplémentaires pour compenser les désagrements qu'on va rencontrer. Donc, cela nous montre que nous sommes prets à nous offrir quelque chose d'une
meilleure qualité".
Avec mes élégantes amitiés


Le Chouan 17/10/2010 17:01



Je dis "amen" à votre credo !


Le prix d'une cravate correcte ? 100 euros me semble un bon prix. J'ai de nombreuses cravates Boivin et Breuer. J'ai ouï-dire que ces deux marques avaient le même fabricant.


Amitiés.



Erwan 16/10/2010 20:03


Mille fois d'accord avec vous : les cravates Hermès ne sont pas du tout ma tasse de thé : Motifs animaliers, couleurs clownesques, matière impropre à un noeud correct; il faudrait un Windsor à
chaque fois; le noeud simple ne tient pas. A vrai dire Hermes en général me laisse dubitatif, à part pour la sellerie , les chausures Lobb quelques assiettes. Mais les seuls cadeaux que l'on m'a
offert de cette maison sont... des cravates bien sur.


Isaac 16/10/2010 15:01


Ha, moi, j'aime bien. Orange avec des petits poissons.
;)


Julien Scavini 16/10/2010 13:22


Intéressants argumentaires, de part et d'autre... Je n'ai pour ma part jamais été attiré par les couleurs ou encore les motifs... Pas assez anglais à mon goût ^_^ Sinon, Arnys produit des cravates
un peu similaires, avec des petits chiens de chasse etc... Mais ils ont aussi de large rep tie.


Harold 16/10/2010 12:42


Et bien pour une fois, pas d'accord. J'argumente:

Bien choisie, càd en s'épargnant les singes faisant du cerceau et les dromadaires buvant à l'oasis, une cravate Hermès reste pour moi la personnification d'une certaine idée de l'élégance. Les
motifs géométriques (du moment que le H ne soit pas trop ostentatoire) et les discrets motifs équestres (de même que certains motifs animaliers) s'évaporent dans un "continuum" coloré agréable à
l'oeil dès que l'on s'éloigne de plus de 40 cm de la cravate (ce qui est, convenons-en, la position dans laquelle se trouvent la plupart des observateurs de ladite cravate à l'exception de son
porteur) ... Je trouve cette différence entre ce que l'on voit de près et ce que l'on en distingue de loin assez subtile.

Quant à la palette des couleurs, si certaines sont en effet un peu étranges, d'autress sont pour moi très réussies et assez uniques (les mythiques 'rouge et bleu', les vertes, lilas, bleu moyen
...).

Reste la question du noeud. En fait, je trouve que le caractère particulier du noeud réalisé avec les cravates Hermès participe à leur charme. Si l'on souhaite un peu plus d'épaisseur que ce qui
est obtenu en standard, un Four-In-Hand où l'on tourne une fois de plus autour du noeud (j'ai oublié le nom de ce noeud, honte sur moi !) donne de bons résultats. Le Windsor est à proscrire (il
fait agent immobilier de province, grand amateur d'hôtels Ibis et de Renault Laguna).

Pas tous les jours, certes, mais j'avoue qu'il y a des jours où la cravate Hermès reste incontournable pour moi. Ce qui lui fait du mal, c'est l'abus systématique de son usage par certains qui,
s'imaginant parvenus (c'est bien le mot) à un niveau de réussite sociale (parfois) ou professionnelle (plus souvent), n'envisagent plus de se présenter en public sans cet élément essentiel de la
supposée panoplie.

Exemple de personne employant correctement les cravates Hermès à mon avis: Christophe de Margerie.

Contre-exemple: Henri Proglio.

My two cents ...


Le Chouan 16/10/2010 14:46



Je me doutais que ce billet passerait mal auprès de certains d'entre vous.



L'amateur professionnel 16/10/2010 11:53


"Ce qui passera encore pour de la fantaisie pour un étranger (… un Allemand comme Roetzel par exemple) sera déjà jugé vulgaire par un Français."

La France garante du bon goût... Hum ! J'avoue, cher Chouan, que l'étranger que je suis, en partie, se sent heurté par une telle assertion. Moi qui croyais naïvement que le goût se moquait des
frontières...

Certes je n'adhère pas à toutes les recommandations de M. Roetzel. Loin s'en faut. Mais je doute que ce soit dû au fait que cet auteur soit allemand et non français.

Pour le reste, c'est-à-dire la cravate Hermès, je suis assez d'accord avec vous. Même si l'imperfection qu'elle apporte à la mise me plaît aussi, de temps en temps. (Les mocassins en daim Gucci me
faisaient cet effet-là, eux aussi.) Mais ça doit être l'étranger qui parle en moi, bien sûr.


Le Chouan 16/10/2010 14:33



Cher Olivier,


La France, pays du goût ? Elle l’a été – si elle ne l’est plus.


A chacun sa tête de Turc. Pour Baudelaire, c’était le Belge. Pour James Darwen, le Continental. Pour les Allemands actuels… c’est le Turc !


J’ai repris à mon modeste compte une tradition française qui a fait de l’Allemand une incarnation du butor :


« Mon usage est si commode,
On le trouve si charmant,
Que qui ne suit ma méthode
N’est pas bien homme à la mode,
Que qui ne suit ma méthode
Passe pour un Allemand »,


chantait, par exemple, Corneille.


La Fontaine, lui, en avait contre les Bretons :


« (…) C’était à la campagne
Près d’un certain canton de la basse Bretagne
Appelé Quimpercorentin.
On sait trop que le destin
Adresse là les gens quand il veut qu’on enrage :
Dieu nous préserve du voyage ! »


Le Breton que je suis n’en veut pas à La Fontaine. Il admire plutôt son art et son esprit… si français !


Croyez-moi, ce petit jeu de massacre ne prête pas à conséquence. Tout cela n’est qu’une affaire de conventions !


Je suis tolérant. La preuve : qu’un Allemand vienne à se moquer devant moi de la lourdeur des Français, cela me laisserait aussi froid qu’un hiver en Poméranie !


Et puis, relisez donc mon billet sur le catalogue Kettner : n’y ai-je pas assez dit mon admiration, sinon pour les Allemands, du moins pour les Allemandes ?...


Amitiés,


 Le Chouan


 



Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories