Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 07:05

A quelque chose malheur est bon. Le passage au numérique, qui a empoisonné ma vie pendant quelques semaines (problèmes de toutes sortes…), m’aura au moins permis de découvrir les charmes de la TNT. On y passe régulièrement des films des années 60 et 70 qui, même ratés, exhalent un irremplaçable parfum de nostalgie. Qui chantera jamais la poésie des vrais « nanars » ? Moi, j’adore !

W9 a diffusé le 22 août On a volé la cuisse de Jupiter. Cette œuvre n’appartient pas du tout à la catégorie susmentionnée. C’est une comédie réussie, très française par sa légèreté et sa fantaisie. Son réalisateur, Philippe de Broca, savait séduire un large public sans jamais succomber à la vulgarité. De qui pourrait-on dire la même chose aujourd’hui ? A la notable exception de Pascal Thomas (mais qui n’est pas un débutant…), je ne vois pas.

Le Chouan des villes a deux autres motifs d’apprécier Philippe de Broca. Un de ses acteurs-fétiches était Philippe Noiret. Dans le film, il campe un professeur de grec ancien qui, en voyage de noce au pays d’Aristote (ceux qui ont vu le film décoderont ma périphrase !), est pris dans une rocambolesque et tintinesque histoire de vol d’une partie (disons charnue…) d’un Jupiter. Ses tenues à l'écran, Noiret aurait pu les porter dans la vie. Remarquable ! Mention spéciale au panama, beau – malgré un ruban trop étroit à mon goût - … et solide (là encore, ceux qui ont vu le film comprendront) !


2anoiret-la-cuisse-un.jpg

 

noiret-la-cuisse-deux.jpg

noiret-la-cuisse-trois.jpg

 

noiret-la-cuisse-quatre.jpg

(Illustrations empruntées à L'Alligatographe, un blog intéressant de critiques de films) 


Le film date de 1979. La décennie qui se finit alors fut noire en matière d’élégance. Mais Noiret, qui ne s’est jamais préoccupé de la mode et n’a jamais cessé d’approfondir son style, a su se prémunir efficacement  contre les horreurs du temps. 

Et puis, Philippe de Broca est le réalisateur de Chouans ! Chouan moi-même (enfin, de cœur…), je ne peux qu’être touché. Son ami Noiret nous apprend dans ses mémoires (1) que de Broca assistait « tous les ans, le 21 janvier, à la messe célébrée à la mémoire de Louis XVI (2)». Il ajoute : « Il avait un côté réactionnaire bien marqué et n’hésitait pas à faire sonner ses choix. »

Un être décidément rare et digne de sympathie.

__________________________________________________________________________________

1. Philippe Noiret (et Antoine de Meaux), Mémoire cavalière, Robert Laffont.
2. Comme Hubert Deschamps, Jacques Dufilho, Louis de Funès...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Personnalités
commenter cet article

commentaires

Nicolas 14/09/2010 22:08


Bonsoir,

Merci de cet article et de ce point de vue.
Certes il fait des efforts Noiret, mais de là à en faire un parangon d'élégance, je trouve qu'il y a un pas.
Pour ma part, je préfère, et de loin, Paul Meurisse (le monocle, l'armée des ombre, la bonne planque...)qui allie élégance, allure, distinction, discrétion. Il mériterait un article pour sa seule
apparition, tout de blanc vêtu, 3 pièces, pochette, canne et monocle, dans les Tontons flingueurs ( scène finale avant l'église.

Bien amicalement

Nicolas


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories