Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 09:00

L’Express de cette semaine s’accompagne d’un supplément Styles consacré à l’Homme. Rien à dire sur cette livraison, sinon qu’elle témoigne d’une conception du style très éloignée de la nôtre.


couverture-express-muscadin-copie-1.jpg


Si j’en parle – mais vite -, c’est à propos de l’éditorial de Guillaume Crouzet, responsable du numéro. Sous le titre « Le bel air des sapeurs » (on dirait une contrepèterie), il évoque à nouveau (1) la « sape », ce phénomène déjà ancien puisque né – si je ne m’abuse – à la fin des années 60 au Congo.

La conclusion de Guillaume Crouzet m’a étonné : « Le bel air des sapeurs n’est-il pas un clone de celui des Muscadins, de ceux qu’on appelait à l’époque les Incroyables » ? L’époque, précisons-le, c’est le Directoire.

Le rapprochement est osé et me paraît en grande partie erroné.

L’excentricité des Muscadins, remplacés par les Incroyables, fut une réaction de la « jeunesse dorée » (expression d’époque) au débraillé des sans-culottes. Les sapeurs, confrontés, eux, à la misère, doivent lutter pour satisfaire leur goût immodéré de « la griffe ». Leur « classe » se veut un défi à l’ignorance vestimentaire et au laisser-aller des élites fortunées de Brazzaville ou – dans le cas des sapeurs parisiens – des habitants d’un ex-pays colonisateur.

Autre différence – de taille (dans tous les sens du mot) : comme l’écrivirent les frères Goncourt (2), « les Muscadins demandaient aux ciseaux des ouvriers de manquer telle chose de telle façon ». La monstruosité de leurs tenues était donc pleinement concertée. Les sapeurs, au contraire, se coulent dans le moule du costume occidental. La visibilité caricaturale des couleurs et des accessoires ne saurait faire oublier le respect des fondamentaux.

Guillaume Crouzet s’est sans doute laissé abuser par les apparences. L’excentricité est certes commune aux Incroyables et aux sapeurs, mais elle ne suffit sûrement pas à faire de ceux-ci des « clones » de ceux-là.

Alors, quel solide point commun pourrait-on trouver entre les uns et les autres ? Il y aurait bien la question de la prononciation : les Incroyables, par snobisme, faisaient tomber les « r ». Ainsi se faisaient-ils appeler « Inc’oyables ». Mais – à moins de faire parler les sapeurs comme Hergé fit parler les Africains dans Tintin au Congo -, ce rapprochement ne tiendrait pas davantage. Il serait malvenu et inélégant.

 Sur les sapeurs, cliquez ici.
__________________________________________________________

1) Voir  Un Express qui passe mal...
2) E. et J. Goncourt, Histoire de la société française pendant le Directoire.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

ArdaParaSubire 19/03/2010 02:45


Le rythme de publication est soutenu en ce moment ! Très bien cela encourage à venir plus souvent. J'ai bien aimé les deux derniers articles.


sifran 17/03/2010 23:07


J'aime bien quand vous remontez les bretelles. Ça fait un joli bruit.
Merci pour la vidéo, un monument.


Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories