Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 12:01

Où va se nicher l’originalité ?

Laurent Delahousse (présentateur du JT de F2) portait hier un costume gris dont la boutonnière était bordée d’un fil rouge. La chose est déjà étrange en soi et même assez inexplicable… Mais Laurent Delahousse avait cru judicieux de souligner l’effet en créant un rappel de couleur entre sa boutonnière et sa cravate !

J’ai remarqué quelquefois ce journaliste pour l’attention qu’il prête à sa personne : mèches blondes décolorées, cosmétiques autobronzants, dents blanchies… Il porte souvent une Reverso ; ses costumes ne sont pas mal coupés. Ce n’est pas du sur mesure, ce n’est pas non plus de l’infâme confec - plus sûrement du PAP haut de gamme.

Mais il est manifeste que Laurent Delahousse manque de culture vestimentaire. Cette carence le rend vulnérable aux aberrations de la mode : ses défenses immunitaires sont fragiles. Ainsi l’ai-je vu récemment répondre aux questions de l’adorable Charlotte Le Gris de la Salle (+ clair, Canal plus) avec une sorte de torchon noué autour du cou…

Laurent Delahousse doit apprendre que la boutonnière jouit dans la tradition du sur mesure d’un statut à part. Elle est toujours réalisée à la main ; ses ourlures irrégulières en témoignent discrètement. « Esprit, ta boutonnière est une apothéose ! » chantait Max Jacob, le poète au monocle.

De deux choses l’une : ou la boutonnière du costume de Laurent Delahousse a été réalisée à la machine (cas le plus probable), ou elle a été faite à la main (finition couture du faux bespoke excellemment vitupéré par notre Parisian gentleman favori). Dans les deux cas, l’emploi d’un fil rouge est une aberration : le travail de la machine ne mérite pas un tel honneur ; celui de l’homme n’a pas besoin d’une aussi vulgaire mise en valeur.

A moins que Laurent Delahousse n’ait trouvé ce moyen pour signifier à qui de droit qu’un certain ruban rouge glissé à cet endroit…

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Personnalités
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 18:46

… revoilà les pantacourts !

Combien de temps subira-t-on encore cette mode infâme ?

Aux beaux jours, avec son pantacourt, le beauf se découvre par le bas.

Les branchés font le contraire : ils se découvrent par le haut. On les voit s’exhiber en ce moment dans des tee-shirt largement échancrés et passablement féminins. Qu’un tel vêtement puisse s’imposer montre à quel point les codes de la mode gay ont gagné du terrain : l’habit est conçu pour exalter le corps sous toutes ses formes. On montre et on moule. Ce faisant, on applique à la mode masculine un principe jusque-là réservé à la mode de l'autre sexe.



Pascal Obispo

 

L’élégance masculine classique procède tout autrement. Elle consiste à dessiner autour du corps une ligne idéale qui se doit d’être belle et nette – une ligne claire en quelque sorte. Tel est le sens de la phrase du tailleur Chevreuil (14, rue de la Paix, Paris-Viveur, 1854) choisie par Farid Chenoune comme épigraphe à son livre (une bible !) Des hommes et des modes : « Un habit, c’est une idée qui flotte autour du corps d’un homme. » Un pantalon qui tombe bien gomme les fesses. Il tire un trait presque droit du postérieur à la cheville. Un bon cintrage de veste se situe légèrement au-dessus de la taille. Quant aux épaules, elles ne paraissent naturelles qu’à force d’art.



L’élégance masculine, c’est la culture qui impose sa volonté à la nature. 

Disons-le tout net : un homme élégamment vêtu laissera au repos les hormones femelles. S’il séduit, c’est grâce à son élégance même. Sa virilité n’est pourtant pas douteuse, mais il jugerait vulgaire que son vêtement en fasse la réclame. Il hait le mélange des genres. Il ne confond pas la rue avec une chambre à coucher. A chaque moment sa tenue, pense-t-il. Mais qu’on se rassure, la tenue d’Adam n’est pas celle qui lui sied le moins !

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 19:24

En cherchant des images de cover coat, je suis tombé sur cette adresse.
Le positionnement du blog m'a séduit : classicisme, goût, valeurs sûres.
Je ne résiste pas à l'envie de vous communiquer cette image :



Une précision tout de même : blog en langue espagnole !

Passons à la bonne surprise : le smoking d'Edouard Baer à la cérémonie d'ouverture du festival de Cannes : très bien coupé, quoiqu'un peu serré. Et très bien porté, avec aisance et naturel.

 
Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 14:35

Avec les beaux jours, les lunettes de soleil sont de retour. On a appris avec James Darwen qu’un gentleman sait s’en dispenser : « Un gentleman n’a pas besoin de lunettes de soleil : il cligne des yeux. » N’empêche, elles sont bien utiles, les lunettes noires. Et, contrairement aux lunettes de vue, elles sont esthétiques. Les gens sont souvent mieux avec. S’il est vrai que les yeux sont les miroirs de l’âme, il faut croire que toutes les âmes ne méritent pas qu’on capte leur reflet.


Persol 714


Les années dernières, la Ray Ban Aviator eut un grand succès. Louons, cette année, la percée de la Persol 649, qui fut très en vogue dans les Années 80. Alors, on redécouvrait la Wayfarer de Ray Ban :






Moralité : ne jetez jamais vos lunettes de soleil. Tenez-y comme à la prunelle de vos yeux. Vous les trouvez démodées ? Elles redeviendront à la mode dans vingt ans. L’ennui c’est que vous risquez de les casser ou de les perdre avant même d'avoir eu le temps de vous en lasser.

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Accessoires
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 17:46

A propos des polos, lequel choisir ?
Ce que j’en sais :

 

LACOSTE

 

• Le polo classique n’a pas une belle ligne : insuffisamment cintré ; le col n’est correct que remonté ;

Le polo dit vintage est beaucoup mieux coupé – plus cintré et d’une bonne longueur -, mais ses couleurs prédélavées (son charme, dit la pub) lui donnent un aspect terne ;

Le polo coton + stretch (crocodile argenté) avantage par son cintrage, mais il est court (je mesure 1,90m) et ses poignets se détendent quand on a l’habitude de remonter les manches.

 

RALPH LAUREN :

Il ne m’a jamais plu à cause de son dos plus long que son devant. On est aussi regardé de profil !

Ne pas se fier aux images publicitaires, évidemment retouchées :


 


FRED PERRY :

La couronne de laurier est plus esthétique que le crocodile.

Les bandes de couleurs contrastantes sur le col font ado ; je préfère sans.

Bonne impression lors d’un essayage récent en boutique. Ce modèle précisément :

 

Les polos aux logos surdimensionnés et/ou aux couleurs acidulées (Hackett, Vicomte Arthur …) sont à éviter passé un certain âge. Très seyants portés par les jeunes. S’habiller jeune n’a jamais rajeuni personne. Ça fait juste pathétique. Il faut le dire : le polo en petit piqué jersey n’a pas une bonne tenue dans le temps : sa fibre se détend et ses couleurs passent.

 

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Marques
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 20:09

Un vrai jeu de massacre : avec le retour des beaux jours, nous remisons la plupart de nos atours. A quoi risque de se réduire notre tenue ? A une chemise, à un pantalon, à des chaussettes, à des chaussures. C’est tout. Prétendre à l’élégance avec si peu de choix relève de la gageure. Mais cette rareté, plutôt que de nous désoler, doit, au contraire, aiguiser  notre art. L’erreur est interdite.

Une seule règle : des matières légères, des formes rigoureuses, des couleurs en harmonie.


LA CHEMISE ET LE PANTALON

- La chemise ne sera portée sur le pantalon que si elle a été coupée à cette fin (veiller au cintrage et à la longueur) ;


Ralph Lauren

 

- Pas d’audaces douteuses dans le choix des couleurs : du bleu – du clair au foncé -, du rose, du blanc pour la chemise ; éviter le rouge – commun -, les beiges – ils font un sale teint - ; du blanc ou du beige pour le pantalon. Fantaisies permises : des rayures pour la chemise, du rouge ou du bleu clair pour le pantalon.

- Eviter l’addition de ces fantaisies (chemise à rayures + pantalon de couleur vive). Les chouans ne fréquentent  pas Saint-Tropez.

- Le jean est possible ;

- Les poignets de la chemise pourront être retournés ; c'est même recommandé.

- On ne déboutonnera jamais la chemise au-delà du deuxième bouton. Le ridicule tue. Bernard-Henri Lévy est mort pour tous les élégants ;

 

Bernard-Henri Lévy


- Le polo en piqué fera l’affaire s’il est à manches longues (les manches courtes sont inélégantes) et parfaitement ajusté. On pourra en remonter légèrement les manches et, si son âge le permet, le col ;

- Le polo ne sera jamais glissé dans le pantalon ;

- A impérativement proscrire : le polo à rayures et, bien sûr, le tee-shirt.

 

LES CHAUSSETTES 

Leur choix sera fonction du reste de la tenue ; 

- De possible couleur vive dans le cas d’une combinaison chemise + pantalon beige ou blanc – à assortir avec la couleur de la première ; de couleur neutre dans le cas d’une combinaison chemise + pantalon coloré.

 

LES CHAUSSURES 

A choisir avec une extrême attention ; 

- Elles seront marron – du clair au foncé – et brillantes ;

- Le veau-velours est fortement conseillé, surtout de couleur gold ;

- On réservera le nubuck blanc aux tenues estivales.

 

Crockett & Jones

 

LES ACCESSOIRES 

Rares, ils auront une importance capitale ;

 - La ceinture s’accordera avec la couleur des chaussures ; sa boucle avec celle du métal de la montre ;

- Point besoin que cette boucle aide votre enfant, qui apprend son alphabet, à se mettre dans la tête la huitième lettre ;

- On pourra choisir une ceinture tressée ;

- La montre : évidemment très belle. Sportive ou habillée. La seconde solution a ma faveur : sa distinction rejaillira sur toute votre tenue. Le prix ne doit pas être un problème : on trouve des montres vintage – plus belles que la plupart des montres neuves – à des prix abordables.

   

Tank, Louis Cartier

 

Quels que soient nos goûts, nous aurons de grandes chances d’être élégants ce printemps si nos tenues concilient légèreté, netteté, fraîcheur.

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 20:35



Avis aux amateurs de chaussettes colorées : Arnys en vend de superbes en ligne à 45 € la paire. A côté, les Gallo
sont presque bon marché !
Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Accessoires
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 19:03

Connaissez-vous Le Système Bruant ?

 

 

Aristide Bruant était un célèbre artiste de cabaret du XIX° siècle, mais il est passé à la postérité pour une autre raison.  Son nom restera à jamais attaché à un détail vestimentaire qui fut son étendard et qu’une affiche de Toulouse - Lautrec a immortalisé : son écharpe rouge.

Qu’est-ce donc que Le Système Bruant ? Le principe en est simple. Votre mise peut être banale, mal pensée, vous la faites oublier par un accessoire voyant. Pour que le résultat soit à la hauteur de vos espérances, vous portez constamment cet accessoire, au point qu’on finira par vous identifier à lui. C’est ça Le système Bruant, un minimum d’effort pour un maximum d’effet.

Certains, très paresseux, ont chipé à Bruant non seulement son système mais aussi son accessoire. Et, comme lui, ils le nouent sur un fond noir pour mieux le faire flamboyer. Des noms ? François Mitterrand naguère, Pierre Rosenberg (ancien directeur du Louvre), Jean-Pierre Azéma (historien spécialiste de la Seconde Guerre mondiale), Christophe Barbier (directeur de L’Express) aujourd’hui.

 

  Christophe Barbier

 

Le rouge et le noir… Des réminiscences d’ordre artistique entrent dans l’attirance pour ces deux couleurs : Lautrec pour la peinture, Stendhal pour la littérature ; on se souvient aussi du gilet rouge arboré par Gautier lors de la bataille d’Hernani ou de la lavallière sang de bœuf qu’affectionnait, parce qu’elle tranchait sur son habit sombre, le dandy Baudelaire. Entre initiés cultivés, on se reconnaît à des signes… 

En affichant la couleur, on affiche ses prétentions et sa vanité. Attiré par le lainage éclatant, l’œil du quidam – qui n’a rien demandé – remonte fatalement vers le visage de celui qui le porte : c’est le but.

 

  François Mitterrand

 

 

  Pierre Rosenberg


L’homme élégant n’aura que mépris pour un procédé aussi grossier. Ses fantaisies sont discrètes, variées et passagères : un nœud papillon aujourd’hui, des chaussettes de couleur demain… Sa mise est remarquable en ce qu’elle n’a pas été conçue pour être remarquée.

L’élégance, c’est l’harmonie. Qu’un détail prenne trop de place et le tour est raté…

Tout  le contraire, en somme, du Système Bruant.

 

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 11:40

Conséquences accessoires de la dictature du noir : il devient difficile de trouver une ceinture à boucle dorée. Logique : elle dénoterait sur un uniforme noir et avec une montre grise. Allez sur le site Hermes : aucune boucle dorée. Essayez French Gentleman : c’est itou avec les ceintures Baltayan. Si vous rabaissez vos prétentions et que vous cherchez du côté de Loding, vous ne trouverez pas davantage. Même souci avec les chaussures. S’il vous vient la fantaisie de vous en offrir une paire à boucle, vous n’aurez guère le choix : la boucle sera, c’est quasi obligatoire, argentée.

Cela dit, on peut très bien se passer de chaussures à boucle. D’où viennent-elles ? Sont-elles un avatar des chaussures à boucle de l’époque baroque ? Rappellent-elles, comme le prétendent les Anglais (qui, pour cette raison, les appellent monkstrapshoe) les sandales des moines ? Leur connotation actuelle est en tout cas clairement décontractée. Pour cela, on les évitera en noir. Le modèle de référence reste celui à deux boucles avec brides en cuir grené marron de chez Lobb; les boucles sont petites, discrètes.

 

 

Alors, quand le choix se présente, boucle dorée ou argentée ? Il y a du pour et du contre. L’or de la boucle dénaturera le côté presque rural de cette chaussure (style week-end pluvieux à Balmoral…), mais s’accordera parfaitement avec le marron du cuir. La boucle argentée, à l’inverse, ne donnera pas à la chaussure l’air de ce qu’elle n’est pas, mais le gris et le marron n’iront pas très bien ensemble.

Que le choix d’une chaussure conduise à pareil dilemme est significatif : la chaussure à boucle est bâtarde. Décidément, oui, on peut très bien s’en passer.

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Accessoires
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 21:46

Steve Mac Queen : de l'allure et de l'élégance


Si l’on s’en tient à la définition du dictionnaire, "élégance" et "allure" ont des similitudes : "Avoir de l’allure : avoir un air de distinction, d’élégance. Elégance : grâce, distinction, aisance dans l’allure, les manières, l’habillement." Ces termes, pour moi, recouvrent des réalités distinctes. Le dictionnaire  des synonymes est plus précis :"Allure : se dit de la manière de porter son corps en marchant, de la manière d’aller. Elégance : se dit d’une sorte d’agrément qui ressemble assez à la grâce, si ce n’est que celle-ci est souvent un don de la nature, et l’autre un résultat de l’art." 

L’allure se travaille moins que l’élégance. Elle découle, à mon avis, de quatre facteurs principaux. D’abord, la taille. On imagine mal un homme petit avoir de l’allure. Deuxième facteur : la minceur. L’obésité est l’ennemie de l’allure. Elle rentre dans le sol quand l’allure est oiseau. Troisième facteur : la lenteur. Où l’on touche à une autre acception du mot allure : "Façon plus ou moins rapide de se mouvoir". A mon sens, l’allure n’est jamais vive – mais lente, délicieusement lente. Quatrième facteur : une sorte d’unité  qui, au premier coup d’œil, singularise, caractérise, distingue. Qui a de l’allure s’impose ; qui a de la prestance en impose.

L’élégance  - le dictionnaire le dit – est "le résultat d’un art". L’homme élégant se remarque par le soin qu’il porte à sa mise. Il sait s’habiller. Il connaît les règles et se fait un devoir de les respecter. En cela, il se distingue du dandy qui met son orgueil à parer sa différence d’un habit d’excentricité. Il a le sens du beau. C’est un esthète. Son goût est sûr. S’il invente, c’est presque malgré lui, comme par accident. Il peut être petit, il peut être enrobé. Il n’a jamais l’air pressé. L’élégance, comme l’allure, impose un tempo moderato.


Philippe Noiret : de l'élégance, pas d'allure.

On peut avoir de l’allure sans être élégant ; on peut être élégant sans avoir de l’allure.

Illustrons :

Acteurs :

Fred Astaire : une élégance extrême, une allure moyenne (petit et fluet, peu consistant) ;

Cary Grant : de l’élégance et de l’allure ;

José-luis de Villalonga : de l’élégance et une grande allure.

Steve Mac Queen : de l’élégance et de l’allure (le voir et le revoir dans " L’Affaire Thomas Crown ") ;

Philippe Noiret : de l’élégance (parfois discutable), aucune allure.

Hommes politiques :

De Gaulle : de l’allure (ou plutôt de la prestance), pas d’élégance ;

Pompidou : une certaine élégance, pas d’allure ;

Giscard d’Estaing : une certaine allure, pas d’élégance ;

Mitterrand : ni élégance ni allure ;

Chirac : ni élégance ni allure (la haute taille ne suffit pas) ;

Sarkozy : ni élégance ni allure ;

Balladur : de l’élégance, pas d’allure ;

De Villepin : de l’allure, pas d’élégance (un gâchis !)


Dominique de Villepin : de l'allure, pas d'élégance

 

Repost 0
Publié par Le Chouan - dans Billets d'humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le chouan des villes
  • : L'élégance au masculin : réflexion(s) - conseils - partis pris.
  • Contact

Recherche

Me contacter

lechouandesvilles{at}gmail.com

Liens Amis

Catégories